Les morts-vivants : 'TS-19'

ParLéonard Pierce 05/12/10 22h00 Commentaires (364) Commentaires Les morts qui marchent B-

'TS-19'

Épisode

6

Publicité

Plus j'y pense, plus je crois que la façon dont le grand bouleversement de l'écriture de Les morts qui marchent le personnel va faire ou défaire le spectacle. Même si je surestime peut-être l'importance de l'événement,dont la nature exacte est encore insaisissable, il semble que Frank Darabont veuille adopter une approche plus axée sur l'auteur de la série, travailler sur le terrain avec tous les scripts et ne proposer des histoires à des pigistes que lorsque cela est absolument nécessaire. (Commencez à travailler sur vos scripts de spécifications maintenant, fanboys.)



Bien que cela conserve encore des éléments d'incertitude, puisque nous n'avons aucune idée si le travail de Darabont va être à la hauteur, je pense que cette approche est un pas dans la bonne direction. S'il y a une chose qui a tenu Les morts qui marchent de retour dans sa première saison abrégée, c'est l'incohérence de l'écriture d'un épisode à l'autre. Le ton, le rythme et l'histoire ont tous évolué d'une semaine à l'autre, et faire filtrer toute l'écriture à travers la sensibilité d'une seule personne est un bon moyen de résoudre ce problème. Bien sûr, si la vision de la série de Darabont n'est pas celle que les gens veulent voir, ce sera un problème, mais il essaie au moins de trouver un moyen de résoudre la qualité de haut en bas de la série.

Malgré cette incohérence, je m'attendais à ce que 'TS-19' soit un épisode de qualité. C'est, après tout, la finale de la saison, et les bons showrunners gardent toujours le meilleur pour la fin. Même s'il n'avait pas su que l'émission serait un grand succès et obtiendrait un renouvellement rapide de la saison deux, Darabont et son équipe auraient dû vouloir mettre fin aux choses en beauté, peut-être même assez fort pour satisfaire la plainte fréquemment entendue. que ce spectacle a trop de processus émotionnel et trop peu d'action de combat de zombies. Je ne suis pas d'accord avec cette critique; J'aime le rythme tranquille de la série, et bien qu'il soit contre-intuitif de dire qu'une série sur l'apocalypse zombie ne concerne pas vraiment les zombies, c'est comme ça. Les morts qui marchent , sous sa forme comique et télévisée, est une histoire sur les gens et sur la façon dont ils font face à de terribles traumatismes. Il est compréhensible que certains téléspectateurs pensent avoir été vendus avec une facture de marchandises et soient frustrés par le rythme relativement lent des attaques de morts-vivants, mais si l'émission se déroule comme je l'espère, ces téléspectateurs voudront probablement renflouer maintenant .

L'épisode de la semaine dernière, l'un de mes favoris du court terme, s'est terminé de loin sur le plus gros cliffhanger de la saison. 'TS-19' reprend avec une ouverture à la dynamite qui devrait satisfaire un peu les fans d'action : c'est un flashback pré-pilote, avec Shane à l'hôpital, ne sachant pas quoi faire avec un Rick dans le coma. Il veut aider, mais n'a aucune idée s'il peut même détacher Rick des machines sur lesquelles il est branché ; pendant ce temps, dans les couloirs, des soldats massacrent des civils, leur explosant la tête sans se soucier de savoir s'ils sont infectés ou non. Ils seront bientôt confrontés à une nouvelle vague de morts, mais avant que cela n'arrive, Shane, qui semble honnêtement croire, après la coupure de courant, que Rick est vraiment mort, tire une civière devant la porte dans l'espoir que cela empêchera au moins son ami d'être dévoré.



G/O Media peut toucher une commission Acheter pour 14 $ chez Best Buy

Coupure aux portes ouvertes du Center for Disease Control : notre groupe de survivants fait son entrée prudente. Le scientifique du dernier épisode, maintenant identifié avec le nom curieux du Dr Edwin Jenner, accepte de les héberger en échange d'un échantillon de sang de chacun . Il semble serviable et fait de son mieux pour charmer les enfants, mais il ne dit clairement pas tout ce qu'il sait. Bientôt, cependant, tout le groupe boit du vin, se défoule et se détend pour la première fois depuis des lustres. Jenner est nerveux, et Shane et Rick le comprennent, mais Shane est le premier à parler, moins par curiosité qu'une nouvelle chance de donner l'impression que Rick a pris une mauvaise décision. Les choses vont mal au CDC (Jenner est seule, le reste du personnel s'étant soit enfui, soit s'est suicidé), mais cela semble toujours mieux que le monde extérieur, et le groupe est heureux de dormir à l'abri de la terreur pour une fois.

Plus tard, Shane confronte Lori à propos de son mensonge concernant la mort de Rick. Il est dans une position moralement difficile ; presque tout ce qu'il dit est vrai, et ses motivations ont généralement été irréprochables, mais l'énormité de la situation, de tout ce qui lui échappe, dépasse sa capacité limitée de réflexion. Il ne sait pas comment y faire face et fait par conséquent la pire des choses : il se fait agripper. Lori lui donne une poussée vicieuse avant que les choses ne deviennent trop moche, mais devenir physique l'amène à faire chier toute bonne volonté restante de ses actions jusqu'au retour de Rick.

Publicité

Le lendemain matin, le groupe commence à poser des questions pointues au Dr Jenner, et il révèle la signification du titre de l'épisode. Le sujet de test 19 a été victime d'une morsure de zombie et soumis à un scanner cérébral pendant son heure de mort. On apprend que la réanimation après la mort ne prend que quelques heures, et qu'elle ne ravive que la partie lézard du cerveau. Toutes les fonctions supérieures sont perdues. Mais plus important encore, nous apprenons que Jenner n'a pas réussi à isoler une cause, travaille dans un isolement total et a un compte à rebours jusqu'au moment où les générateurs cessent de produire du jus et que l'ensemble de l'installation est «décontaminé», ce que nous avons appris la dernière fois out signifie flash-fried.



Presque tout le monde flippe à l'idée d'être incinéré ; même la nature apparemment désespérée de la situation semble mieux que de rester assis et de se laisser brûler. Du moins, c'est ce que pensent la plupart des gens ; Jacqui décide de rester derrière, tout comme Andrea jusqu'à ce que Dale l'appelle bluffer. Avant qu'ils ne parviennent à s'échapper (avec un peu d'aide de notre vieil ami, la grenade !), le Dr Jenner révèle deux choses : premièrement, que le sujet de test 19 était sa femme, et deuxièmement… eh bien, nous n'avons pas le privilège de savoir. Après avoir dit à Rick qu'il regretterait un jour la décision de prolonger sa vie, il lui murmure quelque chose à l'oreille et puis c'est fini, mais un meurtre de zombie superficiel et une évasion de l'enfer qui fait rage qu'est le CDC, sur l'air de Bob 'Demain, c'est long' de Dylan.

Publicité

Il y avait de bonnes choses dans cet épisode; beaucoup de notes de personnage ont été parfaitement réussies, la situation désespérée de Shane a été rendue émotionnellement plus profonde et le flash-back d'ouverture était fantastique. Dans l'ensemble, cependant, cela m'a laissé un peu froid. Le fait que presque toutes les scènes se sont déroulées dans des locaux sombres et fermés gaspillés Les morts qui marchent la superbe cinématographie de ; le rythme était à nouveau décalé, avec des scènes beaucoup trop rembourrées de personnes se regardant en état de choc; et, bien que je ne sois généralement pas dérangé par les artifices du complot, il n'y a aucun moyen que quelqu'un dans un véhicule aussi proche d'une si énorme explosion l'ait vécu. Au-delà de cela, cela n'a même pas servi à faire avancer l'intrigue autant; nous avons appris peu de choses sur la nature de la peste zombie, à part qu'elle se propage partout, ce que nous soupçonnions déjà à peu près. Perdre le Dr Jenner a été un frein, car Noah Emmerich a apporté quelques coups d'acteur dont le casting avait vraiment besoin, mais la mort de Jacqui vient de générer un haussement d'épaules, car nous ne savions pas grand-chose sur elle au départ.

Même les notes des personnages, aussi satisfaisantes soient-elles, n'ont pas beaucoup contribué à faire avancer l'histoire ; Lori et Shane étaient les seuls à avoir quitté le CDC après avoir changé du tout. (Je suppose que vous pourriez affirmer que la relation entre Dale et Andrea s'est également approfondie, mais elle a été si rapide que cela a semblé un peu superficiel.) coups de poing ainsi que l'action, et 'TS-19' n'a pas vraiment fait cela. Ce n'était pas un épisode terrible, mais cela ne ressemblait certainement pas à une finale de saison; cela semblait être quelque chose que nous aurions dû voir il y a un ou deux spectacles dans le processus de préparation de la finale de la saison. Cela dit, je reviens à ma déclaration de la semaine dernière: je ne pense pas que nous pourrons vraiment juger cette émission de manière équitable tant qu'elle n'aura pas le temps de s'étirer dans sa deuxième saison de 13 épisodes. 'TS-19' ne m'a pas satisfait en tant que finale de la saison, mais je suis toujours très intéressé Les morts qui marchent , et j'ai hâte de reprendre avec vous tous l'année prochaine.

Publicité

Observations égarées :