Tournament Of Champions ne parvient pas à faire passer Escape Room au niveau supérieur

Les personnages sont empathiques, la scénographie est soignée et le film ne représente pas grand-chose

ParJesse Hassenger 14/07/21 21h00 Commentaires (27) Alertes

Escape Game : Tournoi des Champions

Photo : Sony Pictures



Voici quelque chose qui semble réel à propos de la Salle d'évasion des films, qui sont par ailleurs des exercices d'absurdité d'horreur élaborée, high-tech et low-gore: Zoey (Taylor Russell) semble être une véritable jeune personne. Russell est la vingtaine habituelle jouant un personnage assez jeune pour représenter une partie importante de la population cible du film PG-13. Mais elle est exceptionnellement convaincante dans cette zone nébuleuse entre la moxie des adolescents et la responsabilité des adultes. En retard Escape Game : Tournoi des Champions , elle prend une position provocante contre ses ravisseurs pour la deuxième fois, et cela semble à la fois satisfaisant et vraiment stupide.

Publicité

C'est le genre d'énergie nécessaire pour traverser le gant de pièges de cette suite. Zoey et son compagnon survivant Ben (Logan Miller) sont arrivés à New York avec les coordonnées que Zoey a découvertes à la fin du premier Salle d'évasion , dans l'espoir d'exposer la société qui a enlevé des personnes et les a envoyées à travers des puzzles interactifs mortels à des fins basiques de jeu et de divertissement. (Leur environnement est moins encrassé que le repaire typique de Jigsaw, mais ils n'offrent pas non plus de leçons de vie précieuses.) Il ne leur faut pas longtemps avant qu'ils ne soient involontairement guidés dans une voiture de métro qu'ils ne reconnaissent pas, en tant que touristes, comme étrangement clairsemée. population. Lorsque la voiture se sépare du reste du train et se dirige vers un tunnel latéral, Zoey et Ben se rendent compte qu'ils roulent avec des passagers qui ont également survécu à des chambres : Brianna (Indya Moore), Rachel (Holland Roden), Nathan (Thomas Cocquerel ) et Theo (Carlito Olivero), tous expérimentés et pas très heureux d'être de retour dans le match.

Commentaires Commentaires

Escape Game : Tournoi des Champions

C+ C+

Escape Game : Tournoi des Champions

réalisateur

Adam Robitel



Durée

88 minutes

Évaluation

PG-13

Langue

Anglais



Jeter

Taylor Russell, Logan Miller, Holland Roden, Indya Moore, Carlito Olivero, Thomas Cocquerel

Disponibilité

Théâtres partout le 16 juillet

Bien que ce ne soit pas tout à fait La salle d'évasion prend Manhattan , le premier défi - cette voiture de métro devient une prison électrifiée à jetons - est une interprétation amusante et élaborée de la formule, obligeant les champions à combiner un jeu de pendu, d'ingénierie électrique de base et de relecture. Plusieurs autres décors suivent, toujours avec une scénographie impressionnante mais pas nécessairement avec une intensité croissante. Le pic, à cet égard, est probablement la deuxième séquence, qui présente des lasers meurtriers à partir de Salle d'évasion Le cousin de Screen Gems Resident Evil . (Comment cette nouvelle série s'est échappée de Sony avec le logo Columbia Pictures est un casse-tête que même les évadés les plus expérimentés ne peuvent résoudre.)

Au fur et à mesure que les héros avancent (ou pas), le film montre presque trop de foi dans sa propre prémisse. Tournoi Des Champions s'ouvre avec une bobine précédente, suivie d'un certain nombre de flashbacks tissés dans sa première scène appropriée - pas le début le plus prometteur d'un long métrage, mais aussi une reconnaissance respectueuse que même les fans du premier film pourraient se promener dans celui-ci dans un étourdissement de pandémie tardive, rappelant le prédécesseur avec une clarté moins que parfaite. Après 30 ou 40 minutes, il devient clair que, malgré quelques rappels supplémentaires, il s'agit d'une suite plus ou moins identique, et non d'une suite de niveau supérieur. À leur meilleur, les nouveaux scénarios de piège mortel ont une qualité onirique, comme la scène de plage qui se teinte soudainement d'une fausse carte postale avec le flash d'un appareil photo. Au pire, ils tournent au jeu vidéo, forçant le public à regarder les personnages jouer à travers les niveaux conçus par le réalisateur de retour Adam Robitel et six étonnants scénaristes crédités.

G/O Media peut toucher une commission Acheter pour 14 $ chez Best Buy

Le plus décevant : on ne fait pas grand-chose du concept Tournament Of Champions à part la possibilité d'ignorer la confusion et l'incrédulité initiales des personnages - utile, oui, mais plus une question d'opportunité que de créativité. C'est dommage, car les deux Salle d'évasion s partagent une force inhabituelle dans les films d'horreur : la dignité et l'empathie offertes aux victimes potentielles. La structure similaire Scie les films donnent généralement à ses personnages environ 45 secondes avant que quelqu'un ne s'accroche et fasse quelque chose de vénal en criant ; Zoey et ses amis ont peut-être tendance à crier ce qui leur arrive (ils remplissent la pièce d'eau !), mais ils ne sont pas des substituts simulés de la lie de l'humanité.