Les stars de la série télévisée Impractical Jokers nous expliquent l'une de leurs plus grandes farces de tous les temps

ParEakin en colère 08/04/2016 20h00 Commentaires (88)

L-R : James 'Murr' Murray, Brian 'Q' Quinn, Salvatore 'Sal' Vulcano et Joseph 'Joe' Gatto

Attirant des millions de téléspectateurs par épisode et générant des retombées partout, de l'Inde au Liban, Jokers peu pratiques est un peu un phénomène. La série TruTV a enregistré plus de 100 épisodes au cours de cinq saisons, et ses stars – Brian Q Quinn, James Murr Murray, Joe Gatto et Sal Vulcano – ont vendu trois nuits au Radio City Music Hall en janvier dernier.



Publicité

Une série de farces où les animateurs cherchent à s'embarrasser au lieu de s'imposer à des civils au hasard, Jokers peu pratiques survit non seulement grâce à l'art de l'humiliation, mais aussi grâce à ses farces, qui peuvent aller du plus subtil au plus exagéré. Pas plus tard qu'hier soir, par exemple, Vulcano a subi une punition presque biblique dans le cadre de l'un des segments de l'émission, le résultat de mois de planification par les stars et les eurs de l'émission. L'A.V. club a parlé à Vulcano et Quinn de ce qui s'est passé et de la façon dont c'était prévu, ainsi que de la façon dont Quinn a fini par plonger dans un gros tas de merde de cheval à la suite d'une autre punition récente.

L'A.V. Club : Commençons par la grosse punition de l'épisode d'hier soir. Q, pouvez-vous parler de la façon dont vous avez organisé cela ?

Brian Quinn : Nous avons saisi une opportunité. Nous tirions à Wall Street - il y a un musée des Indiens d'Amérique là-bas - et nous avons dit à Sal de grimper sur l'une des statues et de lui attraper le nez. C'est à 100% la chose la plus enfantine et la plus stupide qu'on puisse imaginer qu'il fasse. Il l'a fait, et nous avons reçu une réponse fâchée du Department Of Homeland Security qui a dit en gros, Hé mec, fais-nous une faveur et ne rampe sur aucune statue à l'avenir. Nous sommes en sécurité renforcée. Les gens regardent votre émission, nous ne voulons pas qu'ils répètent ce qu'ils voient dans l'émission. S'il vous plaît, arrêtez. C'était ça.



Nous sommes des citoyens respectueux des lois et nous étions heureux de nous conformer, mais nous avons eu l'idée de faire exploser quelque chose de plus grand avec Sal. Nous avons commencé très subtilement. Nous avons Pete McPartland, Jr., qui est l'un de nos eurs, de temps en temps pour dire que je ne peux pas croire que Homeland Security prend vraiment cela si au sérieux, comme s'ils ne laisseraient pas tomber l'affaire. Et puis il n'a rien dit pendant trois semaines.

G/O Media peut toucher une commission Acheter pour 14 $ chez Best Buy

Sal, les avez-vous même remarqués lorsqu'il les a déposés, ou n'était-ce même pas encore sur votre radar ?

Sel Vulcano : Ne pas.



BQ : Pete McFarland, notre showrunner, n'est pas un gars connu pour plaisanter. C'est une personne très sérieuse et professionnelle. Un gars sympa, mais tu ne l'accuserais pas d'être en train de faire des détours à tout moment.

el avatar del maestro de marionetas
Publicité

SV : Pete a un Emmy.

BQ : Oui, il a gagné un Emmy. Les gens qui gagnent des Emmys ne plaisantent pas.

SV : Nous l'appelons Emmy Pete, et nous le traitons comme tel.

BQ : Dans les coulisses, le problème est que plus nous avons de temps pour accumuler des idées sur quelque chose, plus quelque chose empire. Nous savions que Sal déteste perdre du temps, alors nous avons pensé, pourquoi ne pas faire en sorte qu'il doive répondre de cela ? Ensuite, on pense que Sal aime aussi l'argent, alors frappons-le d'une amende. Alors ces deux choses sont arrivées. Nous avons mis en place un faux jour de tournage, et alors que nous nous approchions du faux jour de tournage, nous avons annulé le faux jour de tournage, car Sal devait participer à cette audience. Nous avons choisi une actrice pour jouer quelqu'un du Department Of Homeland Security, et nous avons caché des caméras. Laissez-moi vous dire quelque chose, lorsque vous cachez des caméras à quelqu'un qui travaille sur une émission de caméras cachées, vous devez vraiment intensifier votre jeu. Sal n'est pas un mannequin !

Publicité

SV : Je ne suis pas un mannequin.

Cela ne m'a tout simplement pas traversé l'esprit, car nous n'avions encore jamais fait quelque chose dans ce domaine, ce qui, avec le recul, est ce que nous avons essayé de faire ces derniers temps. Nous essayons toujours de faire évoluer le spectacle et d'innover dans l'univers de notre spectacle. Nous pensons donc toujours à des idées, alors j'aurais dû être plus vigilant que je ne l'étais. Mais cela ne m'a pas traversé l'esprit.

Publicité

Je me suis présenté seul à cette audience. Pete m'a rencontré, mais il n'y avait personne d'autre en vue. C'était un jour de congé. Ils m'envoyaient de faux textos parce qu'ils faisaient leurs propres courses et tout ça, ce que je n'ai appris que récemment. Je ne savais même pas quand cela avait été révélé, mais je n'ai appris que récemment qu'ils étaient réellement là et me regardaient. Quand je suis sorti de l'immeuble ce jour-là, j'étais seul au coin de Pete, puis nous nous sommes séparés. Je ne savais pas qu'ils étaient dans une camionnette à proximité. C'était une vraie merde de l'équipe A.

AVC : Où avez-vous caché les caméras ? Pete était-il au micro ?

BQ : Pete était au micro. Le bureau sur lequel Sal était assis était au micro. Encore une fois, très risqué, car nous nous attendrions à ce qu'il remarque ces choses. Nous comptions vraiment sur le fait que Sal ait la tête dans le cul.

Publicité

SV : Vous avez exposé les microphones, en fait, et l'une des caméras, sous le couvert de [moi étant] lors d'une déposition, et cela devait être enregistré pour la sécurité intérieure. Il y avait donc une petite caméra DS en forme de boulon qui semblait certainement n'avoir rien à voir avec nous, juste pour enregistrer mon témoignage, et un microphone dans lequel je me suis penché et dans lequel j'ai parlé, comme un vrai micro.

BQ : Il y avait en fait des micros cachés sur cette table.

SV : je ne sais pas ça ! Ceux que je pouvais voir m'ont aussi désarmé. J'étais juste comme, d'accord, c'est normal pour le cours. Je ne savais pas. Il y avait aussi un air d'incompétence dans la pièce, et je ne sais pas comment mettre le doigt dessus. Je pense que c'était la façon dont elle me traitait. C'était très méprisant, et cela a conduit à, Eh bien, ils ne doivent même pas vouloir être ici. C'était juste comme ça. Je n'attribue pas grand-chose à ces agences [Rires.] - Je veux dire, attendez, laissez-moi répéter.

Publicité

BQ : Whoa, whoa, whoa !

SV : Je porte mon T-shirt F Homeland Security en ce moment.

Je sais que c'est la sécurité intérieure, mais les agences gouvernementales ont toujours prouvé qu'elles étaient parfois inefficaces, comme la poste, et des choses comme ça. Donc, quand j'étais là-bas en train d'être enregistré sur cette caméra DS, j'étais comme, je suppose que c'est normal. Je ne savais pas.

Publicité

Q, vous ne m'avez toujours pas divulgué où se trouvaient ces autres caméras et micros. Vraiment, vous avez fait du bon travail.

BQ : Il y avait une bouteille d'eau qui était en fait remplie d'eau, et sur l'étiquette de la bouteille que vous ne pouvez pas voir à l'intérieur, se trouvait l'électronique d'un appareil photo. Cela ressemblait donc à une bouteille d'eau pleine, mais il y avait en fait une petite caméra dans la bouteille d'eau. C'était fou. J'ai été très impressionné par cet équipage et par la façon dont ils ont pu le gérer.

Publicité

Nos instructions à la femme de la sécurité intérieure étaient juste d'être une garce avec Sal. Ce qu'elle a fait à la pelle. Nous étions dans la pièce voisine en train de regarder, et je connais Sal mieux que je ne connais à peu près n'importe qui d'autre sur la planète, et je pouvais voir sur le visage de Sal l'agacement qu'il ne pouvait pas vraiment dire parce qu'ils menaçaient de tirer notre licence de tir pour toute la ville. Et si vous retirez notre licence de tournage pour toute la ville, nous sommes foutus. Nous n'avons pas d'émission de télévision. Il faisait de son mieux pour le garder sous contrôle pendant que cette femme le harcelait, mais je pouvais juste voir qu'il était écrit sur son visage qu'il ne l'avait pas. C'était super.

SV : Ce que vous aviez ici, c'était l'avenir de la capacité de tourner notre émission à New York dans la balance par rapport à mon intolérance totale pour l'incompétence. Ils se battaient à ce moment-là. Parce qu'elle était incompétente. Elle construisait un dossier contre moi qui avait très peu de mérite, et je devais me défendre poliment, mais beaucoup de ses arguments essayaient intentionnellement de me mettre en colère et je devais serrer les dents. Mais je pense que j'ai eu mes jabs.

Publicité

BQ : Ouais, mais pas comme tu l'aurais eu.

SV : Ouais, je veux dire, s'il n'y avait rien en jeu, je me serais levé et j'aurais dit : Bonne journée ! Alors elle serait allée reparler, et j'aurais dit, j'ai dit bonjour ! je l'aurais fait.

BQ : Alors ça se passe aussi horriblement que possible pour le pauvre vieux Sal. Nous avons couru en bas et Pete a été pris au micro avec une caméra. Saviez-vous qu'il existe des caméras à boutonnière, donc le bouton de votre chemise est une caméra ? C'est incroyable. Nous avons arraché l'un des boutons de Pete et mis l'une des caméras à boutonnière dessus. Il s'est tenu au coin de la rue et a enregistré Sal en train de râler et de se plaindre de cette dame pendant environ 20 minutes alors que je m'asseyais dans une camionnette à côté en train de rire de mon cul. Et, pour mettre encore plus Sal en colère, je lui envoyais un texto comme, mec, je passe une bonne journée de congé. Woo, c'est un jour de repos relaxant ! Des trucs comme ça.

Publicité

SV : C'est un précédent très dangereux à créer, cependant, car ce que vous avez ici imprègne le spectacle et brouille la frontière entre nos vies réelles. Si vous voulez ouvrir cette boîte de vers, c'est aussi la saison ouverte pour eux. Depuis, je prépare ma vengeance.

Habituellement, environ 90 pour cent des punitions sont tenues secrètes. Cela provoque une réaction viscérale et palpable de notre part ce jour-là. Nous sommes vraiment vraiment dans le noir. Nous jouons tout comme réel. C'est réel. Donc, pour que cela se produise, j'ai dû me faire mentir par tout notre personnel étendu et notre équipage pendant tous ces mois. Ce n'est pas souvent que vous découvrez que 50 des personnes avec qui vous passez 60 heures par semaine vous mentent en face depuis des mois. Je sais que c'est pour le bien de la série, je sais ce que nous essayons tous d'accomplir, je sais que tout cela est censé être, mais cela n'enlève pas le sentiment humain que vous avez été complètement jeté aux loups . Les personnes en qui vous avez confiance ont été si trompeuses. Quand cela m'a été révélé, j'avais un trou dans l'estomac et je regardais secrètement tout le monde comme, espèce de sale fils de pute. Je vous aime tous et tout, mais je souhaite secrètement un léger mal à tout le monde.

AVC : Sal, après avoir fait votre déposition, pensiez-vous que vous étiez tiré d'affaire ?

BQ : Nous avons dit à la femme de lui dire que ce n'était même pas près de se terminer, qu'elle n'était pas satisfaite de ses réponses et qu'elle suivrait. Nous avons envoyé une lettre une semaine plus tard disant que Sal—en fait, je pense que nous avons trop joué avec cette lettre, car dans la lettre, il est dit qu'il a peut-être été condamné à une amende pouvant aller jusqu'à 100 000 $. Je pensais que ce nombre était un peu élevé. Cela a touché une note en vous, n'est-ce pas Sal ?

Publicité

SV : Oui. Je croyais toujours que c'était réel, mais c'était tellement absurde que cela m'a fait adopter la position de No effing way. J'étais comme, pas question que je paie ça, ils peuvent tous aller F eux-mêmes. Mon corps l'a rejeté comme si c'était un virus. Si c'était un peu plus plausible, s'ils étaient comme vous serez condamné à une amende de 2 500 $, j'aurais été en colère d'une manière différente. Comme, je ne peux pas croire que cela se produise, mais je vais devoir couper ce chèque. Mais il est impossible que mon cerveau laisse ma main écrire un chèque de 100 000 $, jamais. Je me suis rebellé contre ça.

Q, vous avez mentionné quelque chose, et j'ai commencé à comprendre pourquoi cela m'a le plus énervé. Tu l'as dit au début et c'est tellement vrai, mais je ne supporte pas de perdre mon temps. S'il y a de la circulation, je préfère conduire plus longtemps et y arriver plus tard que de rester assis dans la circulation. Le temps est tout ce que j'ai, tu vois. Le temps est tout ce que je crois que chacun d'entre nous a. Mon temps est littéralement mon bien le plus précieux. Non, le temps ne me donnera pas le temps. Le temps donne aux amoureux l'impression d'avoir quelque chose de réel.

Publicité

BQ : Citez-vous juste des chansons des années 80 en ce moment ? Qu'est-ce que tu fais?

SV : Ce n'était que les dernières phrases. Tout avant c'était mes propres sentiments.

AVC : Alors vous avez organisé une journée de tournage sur une place.

BQ : Je me souviens que nous avions organisé une journée de tournage à Union Square. Nous sommes tous arrivés une heure plus tôt que Sal. Nous avons eu la même actrice que nous avons choisie pour la femme de la sécurité intérieure. Nous l'avons coachée sur la façon d'aborder Sal. Nous avons embauché des flics de repos pour s'habiller comme des flics de repos. Nous nous sommes installés et nous avons commencé à tourner l'introduction pour le moment, puis ces flics en congé sont sortis de nulle part. Certains d'entre eux ont des coupe-vent du Département de la sécurité intérieure, et ils se disent, vous devez arrêter le tournage. Vos permis ont été retirés. Puis voici Pete McFarland, faisant sa routine shuck-and-jive, étant comme Ooh, les gars, ils tirent notre permis, ils vont à la ville, nous ne savons pas, nous allons devoir tirer à Jersey, et toutes ces autres choses. Et je dois dire, Sal, vous sembliez décevant indifférent à ce moment-là à ce que notre émission télévisée tombe dans les tubes.

Publicité

SV : Non non Non. Ce que je pense, c'est que pendant qu'il me disait cela, ils m'ont également servi des papiers que j'ai ouverts immédiatement, et ils ont dit que je devais comparaître à cinq autres dépositions. Je devais faire cinq autres apparitions.

Ce que les gars ont fait, c'est qu'ils sont passés par là – nous avons un calendrier de groupe, car nous devons synchroniser tout ce que nous faisons – et ils ont choisi cinq dates pour lesquelles j'avais des choses importantes à faire, comme le mariage de ma sœur, et des choses comme ça. Et ils ont mis ces dates comme étant les dates auxquelles j'étais tenu par la loi d'assister à ces événements. Je pense que c'était au premier plan de mon choc plus qu'eux en disant qu'il y avait un potentiel que nous ne pouvions plus filmer.

Publicité

BQ : Crédit où le crédit est dû sur celui-là. C'est Murray qui a pris le temps de parcourir votre calendrier personnel et de commencer à sortir de mauvaises dates pour vous.

SV : J'ai juste commencé à crier, j'ai réservé un billet d'avion !

BQ : Tu n'arrêtais pas de dire, j'ai réservé le passage !

SV : Je crie ça à un faux F.B.I. agent. Avec le recul, vous venez d'acheter un manteau et vous avez fait une sérigraphie dessus qui disait juste F.B.I. Et je lui crie dessus, j'ai réservé le passage !

Publicité

AVC : Donc vous n'étiez pas concerné par la série ? Vous étiez égoïstement préoccupé par vos propres vols.

BQ : C'est ce que vous venez d'entendre ? [Rires.] C'est ce que j'ai entendu aussi.

SV : J'étais en train de tout traiter en même temps. Je ne pensais à rien, vraiment. J'étais juste un peu sous le choc. Ou beaucoup.

Publicité

Je vais vous dire ceci, j'avais quelques mots de choix à dire sur - quel était son nom, Brian?

BQ : je ne me souviens pas.

SV : Je pense que c'était comme l'officier Green ?

BQ : Oh oui! Son faux nom était Officier Green.

SV : Je suis hyper respectueux. J'ai grandi autour des femmes. J'ai trois sœurs, pas de frères. J'ai quatre nièces, je suis le parrain de toutes. Ma grand-mère, je suis très proche d'eux tous. Mais j'avais quelques mots de choix à dire sur l'officier Green qui étaient accablants pour les femmes du monde entier.

Publicité

AVC : Combien de temps avez-vous laissé Sal fumer avant de lui dire que c'était un stratagème ?

BQ : Nous avons fait un bon 15, 20 minutes. Nous aurions pu faire plus, mais vraiment, le tout allait être réduit à six minutes.

Publicité

Alors, l'officier Green sort et se faufile derrière Sal, et moi, Joe et Murray avons mis nos bras autour d'elle, et nous sommes juste là avec ces sourires mangeurs de merde sur nos visages, attendant que Sal se retourne. Et Sal, tu ne t'es pas retourné pendant environ trois minutes, ce qui est long pour être debout là, souriant, attendant que quelqu'un se retourne. Mais le regard sur ton visage ? Je n'ai pas d'enfants, mais je suppose que lorsque vous voyez la naissance de vos enfants, c'est quelque chose qui ressemble à ce que j'ai ressenti lorsque j'ai vu le regard sur le visage de Sal. J'aime Sal plus que je ne peux même le dire, mais pour une raison quelconque, cela se traduit par l'amour de le voir confus et bouleversé. Cela a-t-il du sens?

SV : Je veux dire, c'est autour de ça que notre série est construite, je suppose.

BQ : J'ai toujours dit que Sal avait l'âme d'une vieille femme noire impertinente dans le corps d'un jeune homme blanc. Cela sort vraiment quand il est bouleversé et énervé.

Publicité

SV : Tout ce que je peux dire à ce sujet, c'est, croyez dat!

AVC : Pour passer à une autre punition, Brian, tu t'es récemment fait vraiment crémer à Vegas.

BQ : C'était étrange pour moi, parce qu'en gros, tout ce qu'ils ont fait, c'est de me soumettre à un défi physique.

Publicité

SV : Ce que Brian vient de dire fait écho à ce que le spectacle est construit autour. C'est un autre exemple parfait. Complètement différent, stylistiquement, en termes de punition, de ce qui m'est arrivé, mais cela célèbre toujours la même chose, c'est-à-dire le voir s'énerver et s'énerver. C'est quelque chose que Brian n'aime pas. Il ne supporte pas d'être énervé de quelque manière que ce soit.

BQ : Je n'aime pas être choqué, et tu sais pourquoi, Sal ? Parce que je n'ai pas le temps, mon pote. Je n'ai pas le temps de sortir toute la journée pour ton amusement.

Publicité

AVC : Brian, qu'est-ce qui vous a vraiment touché dans la punition ? Tu devais porter un drôle de costume, et tu devais prétendre être un shérif et aller voir un gars. Il y avait aussi cet aspect physique, où vous étiez jeté à travers une fenêtre et tout ça.

BQ : Voici la chose à ce sujet. Au début, je les ai sous-estimés. Je pensais qu'ils m'avaient mis dans une situation que j'adorerais. J'aime les westerns, et Retour vers le futur III est l'un de mes films préférés. Ils m'ont déguisé en cow-boy, ils m'ont mis dans cette ville, et je me suis dit, d'accord, ha ha, quelqu'un va me tirer dessus avec un pistolet à eau rempli d'urine de cheval, ou quelque chose comme ça. Alors bêtement, j'étais comme, eh bien, ces gars sont foirés, ils m'ont emmené jusqu'ici à Vegas pour m'habiller comme un cow-boy, et je vis l'un de mes rêves d'enfant en ce moment. Ils m'ont fait entrer dans un saloon, rompre une bagarre, et je me suis dit, d'accord, jusqu'ici c'est super. Puis ils ont commencé à casser des chaises sur ma tête et à casser des bouteilles sur ma tête. Ils ont demandé à ce gorille de 20 tonnes de venir me chercher et de me traîner à travers un bar, en cassant des verres. J'ai eu un barman qui m'a cassé une bouteille sur la tête, et j'étais genre, Touché. Touché. Bien joué, tout le monde. Mais cela ne faisait que commencer.

Publicité

Après avoir cassé les bouteilles au-dessus de votre tête, ils doivent arrêter de tirer, car ces bouteilles de rupture sont faites de sucre durci. Ils sont entrés dans mon cuir chevelu, et j'avais essentiellement des éclats de verre de sucre dans mon cuir chevelu. Je saignais d'une douzaine de petites coupures sur la tête.

Sal, je me demandais, quand est-ce que la portée de cela vous est venue les gars, de 10 choses différentes, par opposition à la bagarre du bar? Ou était-ce toujours le plan ?

Publicité

SV : Non, nous voulions l'augmenter, et nous voulions faire exactement cela. Nous voulons juste continuer à vous mettre de plus en plus mal jusqu'à ce que vous soyez visiblement agacé.

Parfois, l'emplacement peut inspirer les idées à l'avance, et nous savions que nous allions être à Vegas, alors nous avons commencé à parcourir les sites locaux pour voir si quelque chose nous inspirait, et nous avons trouvé cette ville. Il fut un temps, comme il y a un an ou deux – je ne sais pas si vous le savez, Q – mais nous allions vous faire suivre une formation de cascadeur, mais c'était effrayant comme l'enfer. Ça allait sauter d'un immeuble de six étages, on voulait vous mettre le feu, tout ça. Mais nous n'avons pas pu le faire approuver. Alors ça nous est resté dans la tête. Ensuite, nous avons trouvé cette ville du Far West, et nous nous sommes dit, peut-être que nous pouvons en faire une version ici. Ensuite, nous avons pensé, eh bien, ça ne va pas être aussi intense que de l'allumer en feu et de le jeter d'un bâtiment et tout ça. Alors peut-être que nous allons juste célébrer à quel point ce n'est pas le cas. Et ce sera juste des trucs plus complètement ennuyeux.

Publicité

Les jours de punition sont les meilleurs jours, si vous n'êtes pas puni. Vous vous présentez, vous mangez de la nourriture de traiteur, vous traînez, puis vous obtenez une place au premier rang pour regarder l'autre gars être misérable. Nous étions comme, c'est génial, il fait beau dehors, nous sommes à Vegas, nous irons dans cette ville du Far West, nous mangerons et nous regarderons simplement Q être misérable.

Nous avons donc eu un aperçu de tout ce qu'ils offraient et de ce à quoi ressemblait la ville, et nous avons juste commencé à jeter des idées au mur et comme, d'accord, commençons avec une scène à l'ancienne. Vous aurez quelques bouteilles cassées sur la tête, vous serez traîné à travers le bar. Ensuite, nous nous disons, cassons une chaise au-dessus de sa tête, jetons-le par une fenêtre, essayons de le noyer dans un seau, faisons-le sauter dans un tas de merde, puis tirons-le. Une fois que vous avez l'idée, nous commençons à réfléchir, et ces choses s'additionnent plus rapidement que vous ne pouvez l'imaginer. Nous devons généralement retirer des idées, car c'est tout simplement trop à tourner en une journée. Mais nous savions qu'il y aurait un moment où votre interrupteur passerait de oh, c'est plutôt cool, à je suis complètement dépassé.

Publicité

Je voulais aussi te récupérer. Je voulais te faire sauter dans cet énorme réservoir de merde à cause de ce que tu m'as fait dans la première saison. Ils ont pris mes clés de voiture quand je ne regardais pas, et nous étions au cirque, et ils l'ont enterré dans 25 livres de merde d'éléphant. Et je devais le trouver. Il faisait 102 degrés ce jour-là, et j'ai aussi un estomac très faible. Si vous éternuez ou vous étouffez, je panique. Donc c'était vraiment mauvais. Je n'ai pas vomi, heureusement, mais j'en étais proche. C'était mauvais. Si vous allez regarder ce clip, vous verrez à quel point c'était grave. J'ai donc attendu que vous reveniez là-dessus.

Et donc nous nous sommes dit, pourquoi ne le laisserions-nous pas participer à une fusillade, mais j'étais comme, oui, mais c'est amusant quand même. Et puis nous avons parlé au gars qui fait les pétards, et il a dit, ce n'est pas amusant. Ils peuvent faire mal, ils peuvent te brûler, c'est effrayant, c'est vraiment bizarre.

Publicité

BQ : Whoa, whoa, whoa. Je ne connaissais aucune de ces informations. Pendant que le gars me met des pétards, il me dit que ça va, ce sont les pétards que Clint Eastwood utilise, il insiste là-dessus. Vous êtes comme Clint Eastwood. Et je suis là, d'accord, je sens le crottin de cheval, je suis trempé jusqu'aux os, j'ai des éclats de verre dans le cuir chevelu, mais tout à coup, ce type me dit que je suis comme Clint Eastwood. Je ne savais pas qu'il brûlait.

Cela m'a également fait paraître environ 20 livres de plus que je ne le suis en réalité. Je n'étais pas content de ça. J'étais comme, allez les gars, vous ne pouvez pas me donner ça.

Publicité

SV : Vous savez ce qui était un cadeau involontaire pour nous ? Quand le gars est allé lui tirer dessus au début, le propmaster qui contrôlait les pétards, les pétards n'arrêtaient pas de mal fonctionner. Le gars tirerait sur Q, et rien ne se passerait. Et il faut comprendre, toute notre équipe est là, les employés de l'établissement sont là, en plus on a des figurants et des fans. Avec quelque chose comme ça, vous pouvez inviter une foule et leur révéler le secret, car il s'agit de nous montrer du doigt et de rire de Q. Il y avait une foule de bonne taille là-bas, et les pétards n'ont pas fonctionné les neuf premières fois. Il a en fait fallu environ deux heures à Quinn pour attendre qu'on lui tire dessus. Et il devenait encore plus énervé par ça. Cela ne fera pas la télévision, mais nous en tirions tellement de satisfaction. Après la première fois, on s'est dit C'est malheureux, et la deuxième fois ça ne marche pas, on s'est dit Oh, ce gars devrait s'y mettre, qu'est-ce qui se passe ? La troisième fois que ça ne marche pas, il y a un mélange de What the hell? et aussi, Attends, ça commence à devenir drôle. Ensuite, chaque fois que cela n'a pas fonctionné, tout le monde retenait son souffle juste avant d'espérer que cela ne fonctionnait pas, car c'est le résultat le plus amusant. Ensuite, cela ne fonctionnait pas, et tout le monde était hystérique, car c'était comme si tout s'effondrait mais de la meilleure façon possible.

BQ : Puis-je juste dire quelque chose à ce sujet? Chaque fois qu'ils pointaient une arme sur moi, et que les pétards ne partaient pas, le mécanisme de tir sur l'arme se déclenchait, donc vous avez eu le rapport, le bang, et la fumée et tout, et nous avons dû le faire environ 10 fois. Le gars m'appuyait sur la gâchette 10 fois, et tout ce à quoi je pouvais penser était le fils du pauvre Bruce Lee, Brandon Lee, dans Le corbeau . Il s'est fait tirer dessus sur le plateau. C'est une histoire horrible, et je ne veux pas être la suite de cette histoire horrible. Tu sais ce que je veux dire? Personne d'autre que moi ne partageait cette inquiétude ? J'étais le seul à verser des années 40 pour Brandon Lee pendant que cela se passait.

Publicité

SV : Tu aurais été Fat Crow.

BQ : Ouais, j'aurais été Fat Crow. Ce n'est pas l'épitaphe que je veux, d'ailleurs. Ici repose Fat Crow. [Des rires.]

Publicité

Et ceux, laissez-moi vous dire, les pétards brûlent, et si vous n'êtes pas complètement en forme, j'imagine que lorsque Clint Eastwood a dû péter les plombs, il était mince et en forme. Je ne suis pas. J'ai une bonne quantité de ventre en cours. Ainsi, lorsque ce pétard explosait, il faisait vibrer la graisse de mon ventre comme de la gelée si fort que la douleur se propageait dans ma colonne vertébrale et dans mon dos comme une grosse onde de choc. C'était horrible. J'avais des bleus.

AVC : À quel point êtes-vous conscient de la bête noire des autres gars lorsque vous proposez des punitions ?

Publicité

SV : Nous en sommes parfaitement conscients à tout moment. La plupart des punitions sont dérivées de ce processus de pensée, de Qu'est-ce que cette personne détesterait ? De temps en temps, nous aurons une idée juste en général. Si j'ai une idée de, Oh, cela ferait une bonne punition, avant de le dire à l'un d'entre eux, je décide en interne si ce n'était pas spécialement conçu pour eux dès le départ, je suis généralement comme, Oh , ce serait bien, alors je penserai, Eh bien, pour qui serait-il le mieux pour, et comment pouvons-nous même peaufiner si davantage pour être mieux pour cette personne ? Ensuite, si je décide en interne que cela fonctionne le mieux pour Murray, j'irai voir Joe et Brian et je leur dirai à ce moment-là. Et cela restera toujours un secret.

Mais pour la plupart, à ce stade, c'est comme une seconde nature. Nous ne réfléchissons même pas. Je ne m'assieds plus et dis, laisse-moi juste penser aux punitions. C'est là que ma tête va dans ma vie régulière tout le temps. Quand mon esprit tourne, quand je conduis, quand j'essaie de dormir, peu importe, je reçois ces pensées pour le spectacle, juste dans la vie normale. Alors ils viennent naturellement vers moi. C'est en fait plus un processus organique maintenant qu'il ne l'était lorsque nous avons commencé, car cela fait maintenant cinq ans que c'est notre vie. Nous allons avoir 130 épisodes à la fin de cette saison. C'est donc là que mon esprit va tout le temps maintenant.

Publicité

AVC : Comment continuez-vous à proposer toutes ces choses folles ?

SV : Marijuana. Beaucoup de marijuana.

BQ : C'est comme ce que Sal a dit à propos du caca d'éléphant. Vous obtenez une ambiance de vengeance après un certain temps. C'est beaucoup, en fait, à ce stade. Mais aussi, les premières saisons, personne ne savait qui nous étions, donc il n'y avait aucune raison de nous faire confiance, il n'y avait aucune raison de nous laisser tourner à votre place. Mais nous avons tiré une punition cette saison – ou était-ce la saison dernière Sal, avec les Devils du New Jersey ? Ce n'était tout simplement pas possible la première saison jusqu'à ce que les gens du bureau des Diables soient fans de la série. Maintenant, ils se disent : Venez sur la glace au milieu d'une partie des Devils et torturez-vous les uns les autres ! Alors ça devient plus facile. Access fournit également plus d'idées. Seriez-vous d'accord, mon pote?

SV : Ouais, absolument. La première saison, notre personnel était très dépouillé, et la majeure partie du fardeau du spectacle nous incombait complètement. Je pense que nous avions une équipe de huit personnes, nous compris. C'était assez fou. Nous apprenions à faire une émission de télévision. Nous ne savions pas. Ainsi, au fur et à mesure que nous avancions, nous avons réalisé que certains autres rôles devaient être remplis, et ainsi de suite.

Publicité

À ce stade, nous avons également une très bonne équipe de rédaction avec laquelle nous écrivons en tandem. La plupart d'entre eux sont nos amis de la maison, et les autres sont leurs amis qui sont devenus nos amis très proches. Beaucoup de gens nous disent, ça doit être incroyable d'aller travailler, et votre travail est avec trois de vos amis les plus proches, et c'est le cas, mais ce qu'ils ne réalisent pas, c'est que nous avons en fait amené tous nos talentueux copains. Ils imprègnent tout le personnel et l'équipe de notre spectacle. C'est très collaboratif. Tout le monde, de notre caméraman à nos eurs de segments en passant par nos scénaristes, ce sont tous nos amis de chez nous, de Staten Island, de l'école, de quoi pas. Donc, cela va encore plus loin que nous nous connaissant pour ce montant, parce que nous nous connaissons tous depuis ce laps de temps. Même notre showrunner en ce moment est quelqu'un avec qui je me suis lié d'amitié il y a huit ans dans une autre émission. Nous sommes devenus amis et sommes restés en contact, puis nous avons pensé qu'il conviendrait bien, et il s'est avéré être la plus grande bénédiction que la série ait jamais eue. Même dans les coulisses, nous collaborons ensemble. La ligne n'est pas tracée. Si quelqu'un de notre département artistique s'approche de moi et me dit: Oh mon Dieu, mec, j'ai pensé à la meilleure chose pour Murray, nous sommes tous complètement ouverts à cela. Cela rend la ion beaucoup plus amusante et se déroule chaque jour, car nous sommes tous des amis qui traînent et s'amusent. Cela semble vraiment cliché, et cela semble presque incroyable, mais c'est incroyable. Je ne peux pas croire que nous ayons ce genre de configuration.

BQ : Oui, quand une nouvelle personne arrive dans la série pour n'importe quel travail, c'est intéressant de regarder la transition. Il y a très peu de barrières entre nous et l'équipage. Il n'y a pas de hiérarchie. Donc, tout le monde a cette liberté étrange dont notre équipe très expérimentée nous dit que ce n'est pas autant une chose sur d'autres émissions. Au fil du temps, nous en sommes devenus fiers et cela a créé une atmosphère très familiale dans la série.

Publicité

SV : Mais Dieu aide les nouvelles personnes. Les nouvelles personnes qui arrivent, elles se brisent très rapidement. Ils doivent apprendre à plaisanter immédiatement, car cela leur vient sous tous les angles.