Allons-nous jouer à un jeu?

Parmodèle Josh 13/04/15 13:00 Commentaires (285) Publicité

Tous les jours, Regarde ça propose des recommandations au personnel inspirées des nouveautés ou des premières de la semaine. Cette semaine : pour L'A.V. club Semaine de l'intelligence artificielle, nous nous concentrons sur les ordinateurs et les programmes informatiques sensibles, alias nos futurs suzerains.

Jeux de guerre (1983)

Si Jeux de guerre ont été faites aujourd'hui, il ne fait aucun doute qu'il serait accusé - comme tout de Les Muppets à Mur-E – d'avoir un programme de gauche, puisque son message anti-nucléaire/anti-guerre est si prononcé. Et bien que certaines parties soient terriblement datées maintenant, ce film de science-fiction de Fièvre du samedi soir le réalisateur John Badham semble en avance sur son interprétation de l'intelligence artificielle. Matthew Broderick incarne un adolescent hacker qui se retrouve accidentellement en contact virtuel avec Joshua, qu'il suppose d'abord être un développeur de logiciels, mais qui s'avère être un simulateur du ministère de la Défense. Bien que Joshua suggère qu'ils jouent une belle partie d'échecs, Broderick insiste sur la guerre thermonucléaire mondiale, lançant une simulation qui met le NORAD dans la panique.



Broderick est précocement divertissant dans son premier grand rôle au cinéma, trouvant le personnage - un enfant plus intelligent que tous les adultes autour de lui - qu'il affinera quelques années plus tard en tant que Ferris Bueller. Ici, il a le technicien du NORAD, Dabney Coleman, avec qui jouer. (Dans l'une de leurs premières réunions, Broderick, l'adolescent au nez morveux, essuie son propre schnoz avec sa manche de chemise.) Mais c'est l'enfant, avec sa petite amie Ally Sheedy et le mystérieux inventeur de Joshua John Wood, qui découvrent que l'intelligence a juste besoin d'apprendre que la guerre nucléaire est comme le tic-tac-toe : une scène à couper le souffle dans laquelle le simulateur est sur le point de lancer de véritables armes nucléaires est croisée avec la machine jouant le jeu contre elle-même et ne gagnant jamais.

Joshua (alias WOPR, ou War Operation Plan Response) apprend enfin après toutes ses simulations que le seul coup gagnant est de ne pas jouer. Avez-vous entendu cela, commandants des machines militaires américaines et soviétiques ? Tu vas juste nous tuer tous, et pour quoi ? Même une intelligence artificielle fonctionnant sur un modem à 300 bauds sait que rien de bon ne peut en sortir. Le scénario était assez bon pour une nomination aux Oscars, même s'il n'avait aucune chance contre des gens comme Tendres mercis (qui a gagné), Le grand frisson , Fanny et Alexandre , ou alors Bois de soie. John Badham, quant à lui, continuerait à explorer l'intelligence artificielle de manière beaucoup plus stupide avec Court-circuit .

G/O Media peut toucher une commission Acheter pour 14 $ chez Best Buy

Disponibilité: Jeux de guerre est disponible sur Blu-ray et DVD à partir de Netflix ou de votre magasin/bibliothèque vidéo local. Il peut également être loué ou acheté numériquement via Amazon.



Découvrez la bande-annonce d'Ex Machina ici et RSVP pour une projection spéciale en avant-première le 16/04 ici .