The Secret Life Of Pets est mignon quand il reste en laisse

(Image : Universel)

Commentaires B

La vie secrète des animaux de compagnie

réalisateur

Yarrow Cheney, Chris Renaud



Durée

90 minutes

Évaluation

PG

Jeter

Louis CK, Eric Stonestreet, Kevin Hart, Jenny Slate, Albert Brooks



Disponibilité

Théâtres partout le 8 juillet

Publicité

Le postulat de base de La vie secrète des animaux de compagnie est simple et mignon : Quoi faire nos animaux de compagnie font toute la journée quand nous ne sommes pas à la maison pour veiller sur eux ? Les scènes d'ouverture du film démontrent justement cela dans une série de vignettes charmantes, visitant tous les animaux domestiques dans un immeuble d'appartements dans un Manhattan idéalisé où les arbres ont en fait des feuilles et il n'y a pas de déchets sur le trottoir. Welcome To New York de Taylor Swift et une poignée d'autres succès pop géographiquement appropriés jouent sur la bande originale, bien que la plupart de la musique provienne de la partition légère et jazzy du compositeur vétéran Alexandre Desplat. Laissés à eux-mêmes, les animaux font certaines choses que vous pourriez vous attendre à ce qu'ils fassent (aboiement contre les écureuils, chasser des balles, regarder avec envie les restes dans le réfrigérateur) et d'autres que vous pourriez ne pas faire (organiser des fêtes sauvages avec des concours d'eau de toilette et bande originale d'Andrew WK).

Louis CK - c'est New York, il est pratiquement obligé de se présenter - incarne la voix de Max, un terrier gai, facilement distrayant et légèrement abruti qui est entièrement dévoué à sa propriétaire, Katie (Ellie Kemper). Le rôle ne nécessite pas beaucoup de travail dramatique de la part de CK, mais pour ceux qui sont habitués à son personnage cynique de sac à dos Louie , c'est amusant de le voir jouer un personnage aussi génial. Le reste de la distribution de voix comique joue davantage sur le type: Albert Brooks en tant que faucon qui se déteste, par exemple, ou Jenny Slate en tant que Pomeranian Gidget hyperactif, qui, malgré l'excellente performance vocale de Slate, serait plus intéressant si elle en avait motivation en plus de son béguin pour Max. Dans le quartier se trouvent également Lake Bell en tant que grosse chatte indifférente Chloe, Bobby Moynahan en tant que carlin lâche Mel, Tara Strong en tant que mésange Sweet Pea et Hannibal Buress en tant que teckel à désossé Buddy.



La vie de Max avec ses amis les animaux est heureuse, jusqu'à ce que Katie ramène à la maison le gros cabot maladroit de Chewbacca Duke (Eric Stonestreet) de la fourrière, plongeant son monde ordonné dans le chaos. Peu de temps après, ils se sont échappés du parc à chiens et le film passe d'une tranche de vie épisodique à une aventure à enjeux élevés, jusqu'à ce que cette plaisanterie douce sur les pointeurs laser du premier acte semble provenir d'un film totalement différent du celui qui laisse presque ses protagonistes canins se noyer dans l'East River, à deux reprises. Une grande partie du deuxième acte consiste en une série de scènes de poursuite alors que Max et Duke fuient un gang d'anciens animaux renégats jetés dans les égouts de New York, dirigés par un lapin blanc adorable mais psychotique nommé Snowball (Kevin Hart) qui a l'intention de tuant tous les humains. Les amis de Max et Duke viennent les chercher dans les égouts, les Flushed Pets les chassent, et ainsi de suite, jusqu'à ce que le lapin fonce dans un bus MTA volé à travers le pont de Brooklyn. C'est un peu comme Histoire de jouet – ou l'un des autres films Pixar qui suivent la même formule – mais avec des cochons tatoués au lieu de jouets mutants.