Royal Pains - Un adieu à Barnes

ParDonna Bowman 18/01/12 22h00 Commentaires (15)

Grâce à un casting énergique, des lieux magnifiques, un défilé de ravissantes guest stars, et tant de savon que la mer bouillonne pratiquement, douleurs royales est devenu une source fiable de divertissement d'évasion au cours de ses deux saisons et demie aux États-Unis. Il suit la formule standard de bienvenue des personnages de pistes originales, de cas de la semaine et de sérialisation légère dans un cadre de villégiature ensoleillé - pensez Avis de brûlure avec des stéthoscopes remplaçant les pistolets. Chaque semaine, vous pouvez voir Mark Feuerstein MacGyver se frayer un chemin à travers un autre mystère médical dans une maison de quelque 20 millions de dollars, tandis que son frère et partenaire commercial Paulo Costanzo élabore un plan pour gagner de l'argent et que leur élégante assistante Reshma Shetty s'inquiète de ses problèmes parentaux.

Publicité

Amusant jetable pour la démo principale du réseau américain, sans aucun doute. Mais comme pour beaucoup de ces émissions qui ne reçoivent pas un second regard des critiques et des observateurs de tendances, il y a quelque chose d'indéniablement engageant sous les éléments de mix-and-match. Ici, ce sont les acteurs, en particulier Costanzo en tant qu'EvanR.LawsonCFOofHankMed, dont la bande dessinée anime chaque épisode, et Campbell Scott en tant que mystérieux kajillionaire dont la gravité teutonique n'est jamais moins que magnétique, mais qui n'apparaît malheureusement que toutes les trois semaines environ.

Boris Kuester von Jurgens-Ratenicz de Scott (Boris en abrégé) est introuvable dans la première mi-saison diffusée ce soir, A Farewell to Barnes. Et ce n'est pas non plus l'attrait insouciant de la série, pour être honnête. Nous avons terminé la première moitié de la saison trois en août dernier avec plusieurs cliffhangers. Notre héros Hank a trouvé le collectionneur d'art Eric Kassabian (un Wilmer Valderrama super suave) effondré devant un tableau, et nous savons que cela est dû à la négligence de Divya alors qu'elle travaillait son deuxième emploi secret à l'hôpital local pour l'arrogant médecin Paul Van Dyke ( Mes garçons ' Kyle Howard). La fiancée d'Evan, Paige, a trouvé le courage d'affronter son imposant père candidat au Sénat, le général (Bob Gunton), au sujet de la dissimulation par leur famille des accès de dépression de sa mère, mais les fiançailles d'Evan et Paige ont été reportées à la fin de la campagne. Jill (Jill Flint), la flamme enfin allumée de Hank, envisage de prendre son travail de rêve en Uruguay et se demande si une liaison à distance est une bonne idée.

A Farewell To Barnes passe tellement de temps à avancer (et dans certains cas, à reculer) dans ces intrigues qu'il y a à peine un moment pour le cas de la semaine - une organisatrice de fête ayant des étourdissements tout en supervisant sa fête décisive pour un divorce coupler. En plus de mettre plusieurs gâteaux élaborés en danger imminent alors que Lucy, la planificatrice, se balance et s'agrippe à la table - et implique un traiteur innocent pour une intoxication alimentaire potentielle - c'est l'un des mystères médicaux les plus minces de la série. Lucy fait une vaillante tentative d'introduction d'un slogan - NUG, qui signifie Pas d'invités malheureux - mais par rapport à la quantité de patients de la semaine que nous voyons habituellement et au nombre de harengs rouges généralement introduits, c'est à peine un clin d'œil à la notion de drame médical épisodique.

Il y a trop d'autres fers au feu : le général semble s'adoucir sur Evan et parler de sa femme, c'est-à-dire jusqu'à ce qu'Evan le réprimande pour avoir organisé un dîner de collecte de fonds avant la carrière artistique de Paige ; Hank blâme d'abord Van Dyke pour l'effondrement d'Eric, mais persuade ensuite Eric de ne pas poursuivre, avant de découvrir le travail au noir de Divya à Hamptons Heritage; Jill décide qu'elle doit rompre avec Hank car leur relation l'empêche de s'engager pleinement dans l'opportunité uruguayenne. Tout culmine dans une séquence joliment orchestrée à la fête de divorce où Jill et Hank règlent leurs problèmes sur la piste de danse tandis que Paige et Evan règlent les leurs sur un balcon surplombant. Et juste au cas où cela ne suffirait pas, nous avons un teaser pour un mini-arc à venir : Cocky golfer Jack ( Et Tom Cavanagh) revient de Mulligan la saison dernière (où Hank a guéri une maladie de la main) pour passer un examen physique avant de s'inscrire pour un grand parrainage. Bien sûr, son physique ne revient pas propre, et bien sûr, nous en entendrons davantage parler dans les deux prochains épisodes.

Est-ce suffisant pour une heure de médecine de conciergerie légère dans le terrain de jeu libéral des États-Unis ? Sinon, n'hésitez pas à faire une brève apparition de Mo Rocca en tant qu'officiant lors de la cérémonie de divorce (Par le pouvoir qui m'a été conféré par un site Web aléatoire…). Saupoudrez le tout de maladie cœliaque, et nous voilà lancés dans la seconde moitié de la saison trois. Mais pardonne-moi si je ne pense pas douleurs royales a commencé jusqu'à ce que j'entende Campbell Scott briller simultanément, énoncer avec précision ses consonnes et minimiser d'une manière qui déclenche l'énergie maniaque qui l'entoure pour un effet tout à fait charmant. Chaque semaine, il est absent est un pas de plus vers sa prochaine apparition. Ou du moins c'est comme ça que je choisis de le voir.

Observations égarées :