Un mystère parfait saute les rails dans le célèbre Murder On The Orient Express

Photo : Renard du 20e siècle

Commentaires Commentaires

Meurtre sur l'Orient Express

C + C +

Meurtre sur l'Orient Express

réalisateur

Kenneth Branagh



Durée

115 minutes

Évaluation

PG-13

Langue

anglais, français, allemand



Jeter

Kenneth Branagh, Penélope Cruz, Willem Dafoe, Judi Dench, Johnny Depp, Josh Gad, Derek Jacobi, Leslie Odom Jr., Michelle Pfeiffer, Daisy Ridley, Tom Bateman, Manuel Garcia-Rulfo, Olivia Colman

Disponibilité

Théâtres partout le 10 novembre

Publicité

Tourné en 65mm, la nouvelle adaptation du classique d'Agatha Christie Meurtre sur l'Orient Express est divertissant et fastueux; on ne devrait pas s'attendre à moins d'un mystère de la pièce fermée à clé à bord d'un train de luxe au milieu des années 1930. Mais le suspense reste un concept étranger pour l'acteur-réalisateur Kenneth Branagh. Sa direction erratique – plus intéressée par le verre taillé et les prises de vue aériennes que par les soupçons et les incertitudes – gâche à la fois la logique de puzzle parfaite du crime et sa solution sournoise.



Branagh lui-même incarne le détective belge de Christie's, Hercule Poirot, transformant le petit dandy félin Art Déco en un excentrique grincheux, soufflant et soufflant, ses célèbres moustaches tournoyantes réimaginées comme une moustache grise extra-large. (Les fans de Christie contesteront probablement à la fois la caractérisation et la pilosité faciale ; les deux sont étroitement liés.) Rappelé de vacances en retard à Istanbul, le plus grand détective du monde s'empare d'un billet de dernière minute pour le décadent Orient Express avec l'aide de son copain dissolu Bouc (Tom Bateman), et se retrouve ainsi à partager une voiture-restaurant avec un assortiment multinational de passagers de première et de deuxième classe.

Publicité

Il y a la princesse exilée russe Dragomiroff (Judi Dench) et sa servante, Hildegarde (Olivia Colman); Ratchett (Johnny Depp), un antiquaire américain à l'allure et aux manières de gangster, accompagné de son valet anglais, Masterman (Derek Jacobi), et de sa secrétaire alcoolique, MacQueen (Josh Gad) ; Le Dr Arbuthnot (star de Broadway Leslie Odom Jr.) et Mlle Debenham (Daisy Ridley), qui font tous deux un mauvais travail pour cacher le fait qu'ils sont en couple; le comte et la comtesse Andrenyi (Sergei Polunin et Lucy Boynton), aristocrates toxicomanes avec passeports diplomatiques ; Hardman (Willem Dafoe), un scientifique autrichien pointilleux et raciste ; Miss Estravados (Penélope Cruz), une missionnaire qui semble désapprouver tout ce qu'elle voit ; le vendeur de voitures Marquez (Manuel García-Rulfo) ; et la divorcée cougar, Mme Hubbard (Michelle Pfeiffer). Après que le train se soit enfoncé dans une congère quelque part dans la Croatie actuelle, l'un des passagers est retrouvé poignardé à mort dans une cabine verrouillée, ce qui conduit Poirot à, eh bien, faire son truc.

Photo : Renard du 20e siècle

G/O Media peut toucher une commission Acheter pour 14 $ chez Best Buy

Les indices : une fenêtre ouverte (dans une tempête de neige, rien de moins) ; une lettre menaçante; un cure-pipe ; un mouchoir brodé d'un H ; une montre cassée ; une voiture-lit pleine de suspects. Scénarisé par Michael Green, qui a co-écrit le Logan et Coureur de lames 2049 , le film subvertit intentionnellement le racisme, l'antisémitisme et le classisme qui avaient le moyen de se présenter comme des parents non invités mais chéris dans la fiction de Christie, ajoutant quelques rebondissements, motifs et harengs rouges à la machinerie du matériau source. (Moins intéressante est une histoire d'amour perdue inventée pour Poirot.) La distribution est bonne; Dafoe et Pfeiffer semblent s'amuser le plus avec leurs rôles largement dessinés, et même le mélodramatique Poirot de Branagh a ses charmes. Mais étant donné qu'il existe déjà une adaptation cinématographique amusante de Meurtre sur l'Orient Express —la version de 1974 réalisée par Sidney Lumet, avec un improbable ensemble de stars—le nouveau film n'offre pas assez pour justifier son existence.