Maintenant tu me vois

ParAA Dowd 30/05/2013 00h05 Commentaires (259) Commentaires B

Maintenant tu me vois

réalisateur

Louis Leterrier

Durée

116 minutes



Évaluation

PG-13

Jeter

Jesse Eisenberg, Mark Ruffalo, Morgan Freeman

Publicité

Les magiciens qui réussissent des braquages ​​peuvent sembler être un pitch de film particulièrement désespéré, mais il y a une certaine logique fissurée à cela. Les deux efforts - l'exécution d'un tour, l'exécution réussie d'un gros score - n'exigent-ils pas un élément de mauvaise direction ? N'y a-t-il pas un plaisir comparable à regarder derrière le rideau de ces vocations si différentes, à voir comment les maîtres des deux métiers opèrent leur magie ? Maintenant tu me vois , qui est essentiellement un Océans refonte du film avec des illusionnistes, exige une sorte de fascination enfantine pour les escroqueries et une volonté d'être dupé avec les personnages. Entrez avec ces attentes et il ne sera pas difficile de voir l'attrait de cette câpre ridicule mais fougueuse, qui a presque autant de tapis que les stars de cinéma.



Le film commence en entier Océans mode, présentant individuellement sa liste de virtuoses : Jesse Eisenberg en tant que célèbre prestidigitateur, évoquant une arrogance inédite depuis Le réseau social ; un Woody Harrelson typiquement bruyant, doté de pouvoirs d'hypnose légèrement moins improbables que ceux exposés dans Transe ; l'artiste de l'évasion Isla Fisher, qui fait ses débuts éclatants en prétendant être dévorée par un tank de piranhas ; et Dave Franco, dans le rôle de Matt Damon, en tant que pickpocket recrue. Une fois assemblé, ce supergroupe d'escrocs remporte son premier succès, braquant en quelque sorte une banque à Paris sur une scène de Vegas, puis inondant le public de gains mal acquis. L'agent du FBI irrité de Mark Ruffalo passe la majeure partie du film à la poursuite, coincé avec la tâche peu enviable de plaider contre les Quatre Cavaliers, et la tâche enviable de résister aux charmes de la détective d'Interpol Mélanie Laurent. Pendant ce temps, dans un communiqué officieux Chevalier noir réunion, le riche bienfaiteur de Michael Caine et le démystificateur magique de Morgan Freeman échangent des réprimandes élégantes.

En parlant de films de Christopher Nolan, à peu près la seule chose Maintenant tu me vois a en commun avec Le prestige est une instruction d'ouverture pour faire très attention. (L'insistance d'Eisenberg sur le fait que les grands tours se résument à ce qui se passe juste devant les visages du public portera ses fruits avec une tournure finale absurde si énorme qu'il pourrait valoir la peine de regarder le film une deuxième fois juste pour voir comment il joue avec la prescience.) Comme si les vols élaborés et encouragés par le mentalisme n'étaient pas suffisants, le réalisateur français Louis Leterrier ( Le transporteur , L'incroyable Hulk ) tire une poursuite en voiture et une bagarre mano-a-mano de son sac de trucs habituel. Il a également recours à CGI pour une partie du spectacle sur scène, ce qui ressemble un peu à de la tricherie. Se déplaçant si rapidement que ses défauts s'enregistrent à peine - l'équivalent à succès d'un tour de passe-passe - Maintenant tu me vois s'en tire le mieux en s'appuyant simplement sur la chimie sans illusions entre ses pistes. Dans un été déjà chargé d'artillerie, il y a quelque chose de presque magique dans un film de pop-corn construit autour d'un rapport léger, même si les mots que les acteurs crachent sont à peu près aussi profonds qu'Abracadabra.