Night Court était le mouton noir de la dynastie des sitcoms de NBC

De gauche à droite : John Larroquette, Markie Post, Richard Moll, Harry Anderson, Charles Robinson, Marsha Warfield Photo : Banque de photos NBC/NBCU (Getty Images)ParErik Adams 31/05/2017 12h00 Commentaires (766)

Dans 100 épisodes , L'A.V. club examine les émissions qui ont atteint ce nombre, en considérant à la fois comment elles ont avancé et reflété le médium et ce qui a contribué à leur popularité et/ou à leur longévité. Cette entrée couvre Cour de nuit , qui a duré neuf saisons et 193 épisodes entre 1984 et 1992, se terminant il y a 25 ans aujourd'hui.

Cette pièce a été diffusée à l'origine le 31 mai 2017.



Publicité

Cour de nuit pris le long chemin vers les heures de grande écoute. Créé par Barney Miller vétéran Reinhold Weege, les habitants excentriques du palais de justice de la série faisaient partie d'une liste de développement à NBC qui comprenait le fantôme d'une star de cinéma , un orang-outan politiquement incliné , et un trio de colocataires dont la situation de vie était l'inverse flagrant de Compagnie des Trois . C'était pourtant Cour de nuit cela a été retardé jusqu'à la mi-saison, basé en grande partie sur les préoccupations du réseau concernant la star Harry Anderson, un comédien et magicien jouant dans sa première série télévisée. Au moment où Anderson a pris le banc en tant que juge Harry T. Stone – un magistrat vert affecté aux petites heures du tribunal pénal sur un détail technique – les autres comédies de première année de Peacock s'étaient éteintes. Les prévisions n'étaient pas positives. La légende de la télévision James Burrows, qui a réalisé Cour de nuit le pilote de , a prédit :



C'est un bon spectacle… mais il faudra beaucoup de temps pour commencer. Il n'y a aucune raison pour que les gens le regardent. Ce n'est pas une raison parce que c'est bon. Les gens ne regarderont que le concept élevé au début. Ils veulent la familiarité de la télévision.

Burrows avait raison. Cour de nuit Les détournements juridiques de ont pris du temps à s'imposer, mais la fortune de l'émission s'est considérablement améliorée lorsqu'elle a rejoint une programmation du jeudi soir qui avait une touche familière et juste un peu de concept élevé. Les quatre comédies de la meilleure soirée autoproclamée de la télévision à la télévision étaient bonnes et parfois excellentes. Ouvrir la voie était un véhicule pour un comédien familier jouant dans sa première série aux heures de grande écoute depuis 1972. Le spectacle Cosby L'héritage de est maintenant entaché par les allégations généralisées d'agression sexuelle contre Bill Cosby, mais lorsqu'il a fait ses débuts à l'automne 1984, il a sauvé à la fois un réseau et un genre.



Publicité

À l'époque, NBC se remettait encore des années 1970 catastrophiques, une décennie marquée par une baisse des cotes d'écoute, une baisse des revenus publicitaires, des affiliés locaux insatisfaits et la punchline de 12 millions de dollars de Supertrain . Le format de la sitcom était tout aussi difficile dans les années 80, carla sophistication et la conscience sociale du tarif live-before-a-studio-audience de la décennie précédentesoit porté mince sur les téléspectateurs, muté en malheureuxépisode-très-spécialdreck, ou a volé sous le radar. Cour de nuit créé en janvier 1984; à la fin de cette saison télévisée 1983-1984, le top 10 de Nielsen ne contenait qu'une seule sitcom (CBS Kate et Allie au n°8) et une seule émission sur NBC (n°4, L'équipe A ). La comédie de situation n'est pas morte, a déclaré à la presse le président de NBC Entertainment, Brandon Tartikoff, avant la saison de diffusion 1984-85. Il faut juste mieux faire.

Heureusement pour le réseau, Le spectacle Cosby n'était pas le type de sitcom qui avait besoin de temps pour commencer. Il s'est hissé au sommet du classement Nielsen lors de sa toute première diffusion et a entraîné le reste des comédies du jeudi soir avec lui. Tout les quatres- Cosby , Liens familiaux , Acclamations , et Cour de nuit – a terminé la saison de diffusion 1984-85 dans le top 20. L'année suivante, ils sont entrés (respectivement) 1er, 2e, 5e et 11e. À la fin de la saison 1986-87, les comédies NBC constituaient quatre des cinq meilleures émissions de Nielsen et étaient en tête des Primetime Emmys, remportant les prix dans toutes les grandes catégories et comprenant toute la liste des nominés pour la série comique exceptionnelle. Cour de nuit n'a pas atteint le top 5 des cotes d'écoute – la note élevée de sa série de 23,2 était assez bonne pour une 7e place cette année-là – mais elle a obtenu l'un de ces hochements de tête de la série de comédie exceptionnelle, et John Larroquette a remporté l'Emmy du meilleur acteur de soutien dans une comédie. Series, la troisième d'un record de quatre victoires consécutives pour sa performance en tant que procureur caddish Dan Fielding. NBC, comme l'espérait Tartikoff, faisait mieux la sitcom.

Le spectacle Cosby était l'une des sitcoms les plus importantes de la télévision, et Acclamations l'un de ses meilleurs, mais l'émission qui les a suivis à 9h30 a fait mieux différemment. C'était de la débauche où Cosby et Liens familiaux (dans le créneau de 8h30) étaient sains et tonalement plus larges que tout autre spectacle de la programmation. Convenant au temps qu'Anderson a passé à voler des barflies de Boston sous les traits de Harry The Hat, Cour de nuit avait le plus en commun avec Acclamations. Les deux émissions concernaient des familles de substitution de collègues de travail; tous deux exprimaient une affinité pour les parias et les marginaux et les endroits peu recommandables que ces personnages pourraient atterrir. Harry T. Stone et Sam Malone servent d'aimables chefs de file dans chaque scénario, un peu plus pondérés que les gens qui les entourent, mais pas sans leurs propres démons personnels. Sam était un ancien joueur de baseball et un alcoolique ; Le père de Harry était un artiste de cirque qui a passé du temps (et a conçu son fils) dans un hôpital psychiatrique.



Publicité

La différence là-bas en dit long sur Cour de nuit . Comme l'a dit John Larroquette Le Los Angeles Times en 1988 :

L'émission n'est peut-être en aucun cas intellectuelle et nous ne prétendons pas traiter de problèmes impossibles à traiter ou à résoudre dans le format de la sitcom. Et certains ont critiqué notre approche vaudevillian et burlesque. Mais si vous voulez juste tout oublier une minute et rire des tartes au visage et des pantalons autour des chevilles, c'est ce que nous faisons très bien.

Larroquette n'exagérait pas sur le contenu de l'émission : On Cour de nuit , Harry accueille ses nouveaux collègues avec un bazooka de serpents à ressort et les prouesses de Dan dans la salle d'audience et la chambre (ou leur absence) ont exigé des gesticulations sauvages de Larroquette. Il n'exagérait pas non plus sur la réponse critique. Écrire sur les nouveaux jeudis de NBC dans le Enquêteur de Philadelphie , David Bianculli a choisi Cour de nuit comme un point faible, suggérant qu'un spin-off de Harry The Hat aurait été mieux adapté. Des années plus tard, une chronique syndiquée de Tom Shales a recommandé que l'ensemble du casting être nourri aux requins . Dans le livre Embrasser Bill O'Reilly, rôtir Miss Piggy : 100 choses à aimer et à détester à la télévision , Ken Tucker choisit Larroquette pour récrimination, mais lit également à ses co-vedettes leurs droits et en enterre un prématurément (au moment d'écrire ces lignes, Richard Moll est toujours parmi les vivants):

Larroquette n'est certainement pas sans un petit talent soigneusement affûté. Peu importe à qui il joue, il fait une double prise de tête de poker solide et énonce avec une précision comique […] Sur Cour de nuit , en tant que personnage secondaire d'un non-acteur - le drôle de magicien Harry Anderson - Larroquette de six pieds quatre pouces était un géant parmi les pygmées théâtraux, même lorsqu'il était placé à côté d'un petit talent plus grand, le regretté Richard Moll ( huissier Bull).

superman michael b jordan
Publicité

Cour de nuit n'a pas modifié le paysage dans la mesure où ses compagnons du jeudi soir l'ont fait, mais il mérite d'être rappelé sous un jour plus charitable. Cela avait un sens pervers de l'absurde et s'est imposé lorsque Weege et son équipe ont commencé à desserrer l'emprise de la réalité sur la salle d'audience du juge Stone. Dans la première saison, Cour de nuit était le type d'émission qui a emprunté Michael J. Fox pendant une semaine et l'a jeté dans le rôle anti-Alex P. Keaton d'un adolescent fugueur de mauvaise humeur affrontant un accusé qui prétend être le Père Noël. Avance rapide de trois saisons, et le troupeau de Harry sur les ventriloques exubérants (et leurs mannequins). Pendant quelques années, du milieu à la fin des années 80, l'une des comédies les plus populaires de la télévision était également l'une des plus étranges, comme en témoigne sa série d'épisodes Day In The Life, chacun mettant en vedette Harry, Dan et la société travaillant par des charges de travail incroyablement lourdes (impliquant des parties de plus en plus improbables) en l'espace d'un seul quart de travail.

Cette approche grossière de la loi a aidé Cour de nuit garder au moins un orteil au sol. Les affaires devenaient ridicules, les acteurs se penchaient durement sur les excentricités de leurs personnages, mais les enjeux du travail étaient rarement la vie ou la mort : les arguments dans la cafétéria avaient autant de poids que les arguments se produisant dans la salle d'audience. C'est une philosophie vivante qui va de pair avec la petite armée de joueurs de jour que le spectacle a employés au cours de ses neuf saisons. Certains n'ont giflé la garde-robe du wino ou le spandex de la travailleuse du sexe qu'une seule fois ; d'autres, comme William Utay dans le rôle du gofer démuni de Dan, Phil, ou Brent Spiner et Annie O'Donnell dans le rôle de Bob et June Wheeler, perpétuellement malchanceux, sont devenus des présences récurrentes. Avant que John Astin ne joue le rôle du père biologique de Harry, Buddy, il jouait un personnage différent qui partageait une suite d'hôpital avec le juge dans l'épisode de la deuxième saison Inside Harry Stone.

Dans la première saison, Night Court était le type d'émission qui a emprunté Michael J. Fox pendant une semaine et l'a jeté dans le rôle anti-Alex P. Keaton d'un adolescent fugueur de mauvaise humeur affrontant un accusé qui prétend être le Père Noël.Publicité

Les habitués n'étaient pas non plus à l'abri des changements. Si vous regardez les premiers épisodes, mon personnage était ce genre de gars conservateur aux lèvres serrées, investi, fumeur de pipe, LarroquetteRaconté L'A.V. club En 2008. Et bien sûr, je mettais des tuyaux d'arrosage dans mon pantalon à la fin de la série. Mais quand Weege et les scénaristes ont trouvé un trait qui a fonctionné pour leurs personnages et leurs acteurs – Dan est un coureur de jupons acerbe, Harry aime Mel Torme, la défenseure publique Christine Sullivan (Markie Post) est une prude – ils s'y sont tenus. Ils avaient un artiste particulièrement gibier à Larroquette, dont l'onctuosité du baryton et les explosions physiques maladroites ont donné à Dan une division amusante Jekyll / Hyde. Il y a en lui une qualité particulière que seules quelques personnes ont – John Cleese en est un autre – qui lui permet de jouer un personnage avec un avantage et pourtant vous l'aimez toujours, a déclaré Weege en 1988. Le public ne croit certainement pas que Fielding le pense. toutes les choses qu'il dit qu'il fait, et c'est ce qui le rend drôle. (La comparaison de Cleese s'est avérée pertinente la décennie suivante, lorsque Larroquette a joué dans l'éphémère Tours Fawlty refaire Payne .)

Le peuple de Cour de nuit étaient essentiellement des personnages de dessins animés, et au moment où la série connaissait son déclin créatif, ils poursuivaient de vrais personnages de dessins animés: le dernier épisode de Day In The Life comportait tristement une punchline impliquant un Wile E. Coyote animé. Le spectacle a également résisté à une porte tournante d'acteurs: lorsque Post a rejoint à temps plein dans la saison trois, Christine a suivi les précédents défenseurs publics joués par Gail Strickland, Paula Kelly et Ellen Foley, bien qu'elle ait en fait précédé Foley dans le rôle d'un apparence d'invité unique dans la saison deux. Le Mac de Charles Robinson était le deuxième greffier de l'émission; Marsha Warfield est entrée en fonction d'huissier à la suite des décès de Selma Diamond et Florence Halop. Il a eu la même chance avec les créneaux horaires une fois qu'il a quitté le nid du jeudi soir, et les eurs se sont vu refuser à deux reprises la chance de donner à l'émission un bon départ, d'abord lorsque NBC a commandé de manière inattendue une neuvième saison, et plus tard lorsque Warner Bros. a essayé de trouver une maison différente pour Cour de nuit . Il a été interrompu en 1992, dans l'ombre d'un adieu plus médiatisé : La conclusion de Le spectacle Cosby . C'est notre héritage, eur exécutif Stuart Kreisman dit à l'époque . Nous avons toujours été le autre spectacle.

Pourtant, il y avait une résilience à Cour de nuit qui a résisté à la refonte, aux décès et aux remaniements de planification. Le départ de Reinhold Weege après la saison six a été une pilule plus difficile à avaler, avec un ensemble alors solide qui se frayait un chemin à travers de grandes oscillations comme une grossesse pour Christine et un changement d'avis pour Dan. La folie a finalement subsumé Cour de nuit , mais pendant un certain temps, elle et des sitcoms plus cultes comme C'est le spectacle de Garry Shandling et Marteau de forgeron! fait plus de place à l'étrange dans la comédie aux heures de grande écoute.

Publicité

Cette influence a pu être constatée 16 ans après sa disparition, lorsque l'émission a été rachetée par un autre outsider de NBC, lauréat d'un Emmy. 30 Rocher est revenu de sa deuxième saison écourtée avec une série de stars invitées de renom, toutes correctement positionnées pour la période des balayages de novembre:Oprah Winfrey une semaine,Steve Martin quelques semaines plus tard. Entre ces épisodes, l'émission a ramené un groupe de New-Yorkais fictifs amicaux dans leurs anciens terrains de jeu aux heures de grande écoute: Harry Anderson, Markie Post et Charles Robinson. Jennifer Aniston est là aussi. Dans les mots de la page NBC Kenneth Parcell (Jack McBrayer),Celui avec le casting de Cour de nuit donne enfin à l'Amérique ce qu'elle veut :

L'installation sent la moquerie, et 30 Rocher ne tire certainement pas ses coups où Cour de nuit Les vallées créatives de sont concernées : l'une des meilleures blagues de l'épisode est une coupe de Jenna Maroney (Jane Krakowski) sous l'apparence fictive de Sparky Monroe, Cour de nuit l'avocat loup-garou. Mais celui avec le casting de Cour de nuit les enfants parce qu'il s'en soucie, tirant le Amis / Cour de nuit switcheroo tout en montrant de l'affection pour les deux séries. (Elle reconnaît même l'absence flagrante de Larroquette à cette réunion ad hoc Cour de nuit réunion.)