Les nouvelles aventures de la vieille Christine, 'Bahamian Rhapsody'

ParDonna Bowman 23/09/09 20h10 Commentaires (10) Publicité

La télévision diffusée aux heures de grande écoute est dans les limbes depuis près d'une décennie. Les émissions scénarisées sont en déclin; la réalité, les discours et les nouvelles sont à la hausse ; et les réseaux cherchent désespérément à suivre le rythme. Ainsi, pour certaines personnes, la persistance obstinée de la comédie de situation à trois caméras, à public en direct, à rire et à une demi-heure est un signe de la faillite créative de l'industrie. Aucun créateur ou réseau qui ne parvient pas à se réveiller et à sentir le café à une seule caméra – hé, c'est le seul type de comédie pour un nouveau millénaire – ne pourrait peut-être valoir le temps du téléspectateur averti.

Pour d'autres, cependant – et vous devrez me compter parmi eux – chaque sitcom traditionnelle qui parvient à trouver la vie dans les vieux os ramassés de ce genre est un motif de joie. La plupart d'entre nous ont grandi avec ce genre de spectacles, et leurs rythmes familiers nous sont aussi naturels que la respiration. (Les personnes plus âgées pourraient trouver déconcertant, en fait, que les émissions à une seule caméra ne vous donnent pas une seconde pour profiter de la blague avant de se précipiter sur la suivante.) Les performances sont différentes dans ces sitcoms – lancées à un niveau plus niveau théâtral, et donc capable de fournir des nuances en changeant simplement le niveau de volume.

De nombreuses comédies d'une demi-heure offrent un mélange d'éléments à une seule caméra et à trois caméras, certains avec beaucoup d'effet, comme Comment j'ai rencontré votre mère. Mais il est réconfortant pour une certaine démographie (et preuve de décrépitude pour une autre, il faut le dire) que CBS propose quelques très belles sitcoms tout à fait traditionnelles. Et peut-être que ma préférée d'entre elles - et l'une de mes émissions préférées à la télévision n'importe où ces jours-ci - est Les nouvelles aventures de la vieille Christine. Pour ceux d'entre vous qui s'aventurent rarement dans le réseau Tiffany, la vieille Christine est le post de Julia Louis-Dreyfuss Seinfeld spectacle, et l'une des raisons pour lesquelles je l'aime, c'est qu'il prouve son talent comique. Elle incarne une mère divorcée qui possède une salle de sport avec son amie Barb (Wanda Sykes) et essaie de gérer la relation de son ex-mari avec une femme plus jeune qui partage malheureusement son nom (Emily Rutherford). Christine n'est pas Elaine, mais elle n'est pas agressivement anti-Elaine, comme cela pourrait arriver avec un acteur qui devait prouver qu'elle pouvait être autre chose que le personnage emblématique qui l'a rendue célèbre. Elle est névrosée, trop friande de vin, impulsive, peu sûre d'elle, prête à se marier avec son meilleur ami pour l'empêcher d'être expulsée, et bien trop en contact avec les fluctuations d'instant en instant de son état émotionnel. Et elle est hilarante.

Lorsque nous avons quitté Christine, son ex-mari Richard, son frère Matthew et Barb la saison dernière, ils étaient au mariage de Richard avec New Christine… sœur de deux nuits, et Barb révélant de manière romantique son statut d'immigration à la seule personne qui ne devrait pas en entendre parler – un agent d'immigration. Lorsque Christine rend visite à Barb en prison et entend ses protestations selon lesquelles elle ne peut pas retourner aux Bahamas pour attendre des papiers, elle comprend parfaitement : « À cause des pirates ? ajoute-t-elle avec sympathie. Ce que Barb a besoin de Christine, c'est d'aller aux Bahamas et de trouver le gars qui a obtenu son visa. Pendant ce temps, Richard est déterminé à assiéger New Christine aussi longtemps qu'il le faudra pour la remettre sur la bonne voie pour cette lune de miel de rêve : faire l'amour dans les toilettes d'un avion, entassée contre l'évier en métal froid, la tête appuyée sur le non signe de fumer. ('OK, ça n'allait pas être si bien pour toi', concède-t-il.)

Parti en hâte, Christine s'est mal préparée pour un vol transatlantique. Elle n'a pas apporté d'argent pour du vin ou des collations, elle ne peut pas utiliser l'oreiller fourni car elle a trouvé des cheveux bouclés dessus, et sa tentative d'utiliser le gilet de sauvetage gonflable comme oreiller de voyage encourt la colère d'un agent de bord. Puis elle descend de l'avion sans son passeport ni son billet et se retrouve coincée dans les limbes de l'immigration tandis que Matthew ne parvient pas à trouver Bongo, le gars des visas. Et Richard découvre que New Christine est totalement au-dessus de lui après seulement une journée (« Je ne vis pas dans le passé. Je peux même regarder un film de Colin Farrell et ne rien ressentir », explique-t-elle.)

La première de la saison est un peu trop dispersée et folle pour vraiment montrer ce qui est beau Nouvelle Christine . Mais la force de Louis-Dreyfuss et Sykes transparaît haut et fort. Continuez à regarder si vous êtes prêt à vous aventurer dans la vieille école et si vous voulez profiter du côté vivant d'une grande tradition.

Catégorie B

Observations égarées :

- On dit que tout doit rentrer dans l'ordre une fois la demi-heure passée, et bien sûr, tout le monde est de retour dans le salon de Christine à la fin du spectacle. Mais Christine a dû sortir les gros canons (« tout le monde parle boob ») pour sortir de détention, et Barb a dû se fiancer pour rester dans le pays… fiancée à Richard.

- 'Tu es sorti avec Colin Farrell ?!' demande Richard ? '… Rien,' observe la Nouvelle Christine.