L'homme aux poings de fer obtient une suite fastidieuse en direct

ParIgnati Vishnevetsky 16/04/15 21h00 Commentaires (73) Commentaires DVD C-

L'homme aux poings de fer 2

réalisateur

Roel Reine

Durée

90 minutes



Évaluation

R

Jeter

RZA, Cary-Hiroyuki Tagawa, Dustin Nguyen

Publicité

Réalisateur-cinéaste Roel Reiné ( 12 tours 2 : rechargé , Le marin 2 ) est peut-être le compagnon par excellence de l'industrie de l'action en direct sur vidéo. Mais bien que son approche sans fioritures du cinéma ait ses charmes, cela fait de lui le mauvais choix de réaliser un film comme L'homme aux poings de fer 2 , qui tente de reproduire leoriginalLe méli-mélo de films de minuit et de Staten Island wuxia, uniquement pour beaucoup moins d'argent et sans aucune star à mâcher des paysages.



Ce dont il a besoin, c'est d'une touche d'outrageux, qui, il suffit de le dire, n'est pas le sac de Reiné. Il aime les explosions et les pétards d'un demi-gallon, mais son style est surtout pragmatique. (Il y a des exceptions, comme la scène dans Le Roi Scorpion 3 dans lequel un Viking pisser se fait botter les couilles par un ninja au ralenti.) Appliqué au genre de matériel qui ne demande qu'une direction gonzo, le cadrage rugueux et efficace de Reiné semble peu imaginatif. Il n'a ni le flair coloré des films d'arts martiaux authentiques de Hong Kong, ni le premier L'homme aux poings de fer ’ pastiche trop farci du même.

Bien qu'il ait transféré les fonctions de direction, RZA occupe toujours la première place en tant que personnage principal, Thaddeus, un ancien esclave qui a quitté l'Amérique du XIXe siècle pour une carrière improbable de forgeron et de héros mystique dans la Chine rurale. Ici, dans ce qui ressemble désespérément à la première de nombreuses aventures de bonnes affaires, il se lave à terre dans un village minier où les problèmes habituels de suzerains cruels et de mauvaises conditions de travail ont été aggravés par une série de meurtres où les victimes semblent avoir été drainées. de leur force vitale. Un spectateur familier avec le canon du genre de Hong Kong ne peut s'empêcher d'espérer que les vampires sautillants sont à blâmer. Pas de chance.

Thaddeus passe la majeure partie du film hors écran, presque comme si RZA – qui n'est techniquement qu'un acteur – était une trop grande star pour sa propre suite directe en vidéo. Le rôle de protagoniste de facto revient donc au héros local incolore Li Kung (Dustin Nguyen), qui gère les interminables querelles minières et les scènes de combat indifféremment mises en scène. Le type de direction supérieure Thaddeus ne se présente que pour le travail plus glamour consistant à prononcer des discours sur le charabia mystique et les membres prothétiques en fer au ralenti.



G/O Media peut toucher une commission Acheter pour 14 $ chez Best Buy

Si cela semble un peu fastidieux, c'est parce que c'est le cas, et pas de dialogues avec point d'exclamation sans ironie (Le Clan Beetle tue nos hommes ! Nous devons nous défendre !) ou d'échantillons de bandes sonores sympas ( Le bon le mauvais et le laid 's Extase d'or chiffres de repère bien en vue) peut en faire autrement. Pour une fois, cependant, la dépendance excessive de Reiné à l'égard du son post-synchronisé semble être une pièce; cela donne au film la texture sonore guindée d'un véritable mauvais travail de doublage.