Kareem Abdul-Jabbar est le dernier à dunk sur la vision de Quentin Tarantino de son ami Bruce Lee

ParGuillaume Hugues 16/08/19 17:31 Commentaires (91)

Abdul-Jabbar et Lee, filmant ensemble sur Jeu de la mort

Photo : Concord ions Inc./Golden Harvest Company/Sunset Boulevard/Corbis (Getty Images)



Le discours entourant la représentation de la légende des arts martiaux Bruce Lee dans Quentin Tarantino Il était une fois… à Hollywood se poursuit aujourd'hui avec Le journaliste hollywoodien publier un article de l'ami de longue date de Lee, co-star et étudiant Kareem Abdul-Jabbar, dénigrant la vision de Tarantino du personnage comme à la fois bâclée et quelque peu raciste.

Publicité

Abdul-Jabbar—un mathématicien dont les diverses activités incluent la diplomatie mondiale, l'activisme et écrire des livres de Sherlock Holmes (en plus de tous les trucs d'acteur et de basket-ball) - commence par noter qu'il est un fan des films de Tarantino en général, en écrivant, j'assiste à chaque film de Tarantino comme s'il s'agissait d'un événement, sachant que sa distillation des années 60 et 70 les films d'action seront bien plus divertissants qu'un simple hommage. Mais ce fandom informe également sa déception :

C'est pourquoi cela me dérange que Tarantino ait choisi de représenter Bruce d'une manière si unidimensionnelle. L'attitude machiste de John Wayne de Cliff (Brad Pitt), un cascadeur vieillissant qui bat le Chinois arrogant et hautain, renvoie aux stéréotypes mêmes que Bruce essayait de démanteler. Bien sûr, le cheesecake américain blond et blanc peut battre votre mec asiatique fantasque parce que cette merde étrangère ne vole pas ici. Je pourrais même accepter la version embrochée de Bruce si ce n'était pas la seule scène significative avec lui, si nous avions également eu un aperçu de ses autres traits, de sa lutte pour être pris au sérieux à Hollywood. Hélas, il n'était qu'un autre accessoire de Hey Boy sur la scène.



Réactions à Lee de Tarantino—joué par Mike Moh, un fan avoué de la Jeu de la mort star, qui ne s'amuse probablement pas très bien à être coincé au milieu de tout cela - ont été décidément mélangés au cours des dernières semaines, avec ceux comme Abdul-Jabbar, qui connaissait réellement l'homme, ayant souvent une réaction beaucoup plus dure à son portrait que ceux qui connaissent seulement ses films et la mythologie qui l'entoure. (Au moins en partie, vraisemblablement, à cause de la concentration sur ladite mythologie du film de Tarantino.) Ce qui est intéressant, c'est que les deux camps se concentrent souvent sur des parties très différentes de la scène en question, qui voit Lee se battre avec le cascadeur de Brad Pitt, Cliff sur le plateau de Le frelon Vert .

Les partisans de la version de Tarantino— dont le réalisateur lui-même – ont mis l'accent sur la façon dont le film évite de déclarer qui gagne le combat, comme si la principale objection des critiques était l'idée que Lee se fasse battre. Des gens comme Abdul-Jabbar, pendant ce temps (et La fille de Lee, Shannon ), semblent beaucoup plus contrariés à l'idée de présenter Lee comme quelqu'un qui se disputerait avec un étranger comme ça en premier lieu, surtout quand il avait tendance à avoir beaucoup plus à l'esprit que des concours de balancement de bites sur les backlots d'Hollywood. Voici à nouveau Abdul-Jabbar :