La fille qui a donné un coup de pied au nid de frelons

ParTasha Robinson 28/10/10 14:05 Commentaires (102) Commentaires C +

La fille qui a donné un coup de pied au nid de frelons

réalisateur

Daniel Alfredson

Durée

148 minutes



Évaluation

R

Jeter

Noomi Rapace, Michael Nyqvist, Micke Spreitz (en suédois avec sous-titres)

Publicité

Il n'y avait aucune chance que l'adaptation cinématographique du troisième livre de la trilogie Millennium de Stieg Larsson, à succès international, soit aussi forte que le premier. La série suédoise met en avant l'action significative dans son premier opus dense, La fille au tatouage de dragon , puis explore le passé dans la suite, La fille qui jouait avec le feu . Le troisième livre existe en grande partie pour conclure les points en vrac; l'adaptation cinématographique est essentiellement deux heures et demie de dénouement. Les enjeux sont élevés pour la protagoniste Noomi Rapace : ayant été maltraitée, marginalisée et contrôlée par d'autres une grande partie de sa vie, elle est enfin en mesure d'obtenir justice. Mais elle est rarement une partie active du processus, et regarder un protagoniste attendre avec colère que le reste de son monde rattrape les informations que le public sait déjà a tendance à être frustrant.



Les deux premiers épisodes de la série étaient des procédures journalistiques déguisées en mystères de meurtre; Un nid de frelons est en partie un thriller politique, en partie procédurale juridique, avec un manque malheureux de mystère. Il s'ouvre où Feu enveloppé, avec Rapace grièvement blessé et hospitalisé; alors qu'elle était un joueur actif dans les deux premiers versements, ici, elle est l'objet de l'action, alors que son ami journaliste en croisade (Michael Nyqvist) a du mal à effacer son nom, et une variété d'autres forces s'épaulent tout en planifiant soigneusement pour la détruire.

Une grande partie de la popularité de la série Millennium repose sur sa violence effrayante et son complot sinueux, qui reviennent ici, mais dans une mesure plus petite et moins pertinente. Le reste se concentre sur la star féroce des livres, dont la compétence, la créativité et la brutalité sans compromis font d'elle une vaillante championne contre même les forces d'oppression les plus enracinées. Mais Un nid de frelons la muselle en grande partie - tout au long de sa récupération physique et de la préparation de son rendez-vous devant le tribunal, son arme principale est le silence méprisant - et sans elle, l'histoire n'a pas de centre. Encore une fois, la matière et le ton sont sombres, et les performances retrouvent une urgence significative après Feu relâchement relatif. C'est rarement fastidieux, mais c'est aussi rarement perspicace ou propulsif, et comme il n'y a rien de nouveau à découvrir sur les personnages ou leur monde, une grande partie du film ressemble à une pause prolongée et artificielle, alors que tout le monde attend que Rapace revienne enfin dans le jeu. .