Un drôle de Sunny jetable laisse tomber le Gang dans un film de ski des années 80

Kaitlin Olson, Rob McElhenney, Glenn Howerton (FXX)

Commentaires Il fait toujours beau à Philadelphie B

'Le gang frappe les pistes'

Épisode

3



Publicité

Tirer le Gang hors de son habitat naturel est une proposition risquée. Le ton est si important pour Il fait toujours beau à Philadelphie , tout comme l'environnement. The Gang est un produit de Philadelphie (ou du moins du simulacre crasseux de la série), avec Paddy's comme épicentre de l'horreur de ce monde, donc si la série doit sortir le Gang de ce milieu,il faut faire attention. Vous savez, comme les déchets biologiques.

The Gang Hits The Slopes ne le fait pas avec précaution, il place simplement Dee, Dennis, Mac et Charlie au sommet d'une montagne de Pennsylvanie et les lâche dans un film de ski des années 1980 aussi amusant (et parfois hilarant) qu'il l'est. sorte de jetable. Pour le troisième épisode consécutif donnant le coup d'envoi de la saison onze, Ensoleillé essentiellement ne fait que jouer, ce qui n'est pas un problème, vraiment. Drôle est drôle, et l'épisode est drôle, donc il n'y a rien à redire là-bas. Le seul vrai problème avec The Gang Hits The Slopes est que Ensoleillé est particulièrement drôle. Cet épisode rend la série plus générique que durable, si Il fait toujours beau à Philadelphie va rester l'un des plussitcoms singuliersdans l'histoire de la télévision. Pourtant, nous obtenons ceci:

Elle sera une récompense appropriée pour moi après avoir remporté la grande course. En attendant... Tatiana, je veux que tu te laves. Car je vais entrer en vous durement et profondément, et cela durera aussi longtemps ou aussi peu que je le souhaite. Mais tu seras propre. Ce n'est que lorsque vous serez pur que vous connaîtrez mon pouvoir.



C'est le premier Dennis Reynolds, même si, sur papier, vous ne pouvez pas voir le regard lointain dans ses yeux à la fin du discours, ou entendre la folie incomparablement voûtée de Dennis tout au long. (Si quelqu'un avait pu faire le 50 nuances de Grey film regardable, ce serait Glenn Howerton dans le rôle de Dennis Reynolds dans le rôle de Christian Grey.) Si l'épisode se contente de jeter le gang dans une version de 30 ans trop tard École de ski , alors au moins ils sont toujours eux-mêmes.

Glenn Howerton (FXX)

G/O Media peut toucher une commission Acheter pour 14 $ chez Best Buy

En parlant de École de ski , c'est la comédie pour adolescents des années 80 qui dirigeait également Dean Cameron dans le rôle de l'esprit libre local Dave Drisko, mec de location de skis hirsute et baveux à la station de Poconos, le Gang commence immédiatement à éclater avec leurs diverses conceptions cinématographiques du comportement approprié après-ski. Cameron (slacker ski bum hero des deux École de ski s, plus École d'été , et le Spicoli adapté à la télévision sur le Temps rapides série) pourrait être un acteur accompli à ce stade, mais il est formidable ici de revisiter sa jeunesse, son fêtard de cinquante ans incarnant à quel point les hijinks effrayants des films des années 80 sont, même avec lui ressuscitant son personnage stupide de goofball. Lorsque le gang se sépare comme d'habitude, cette fois à la révélation que Frank - arrivant en limousine - a l'intention de démolir le complexe existant en faveur d'un pour que les millionnaires labourent leurs prostituées, Mac et Dee accompagnent Drisko, et la dynamique classique des slobs des années 1980 contre les snobs est en marche.



Alors que Dee et Mac découvrent que Drisko et ses colocataires encore plus tristes dans l'ancienne maison de fête du ski bum vieillissent, sont fauchés, alcooliques et s'accrochent pathétiquement à leur ancienne gloire, Dennis s'accroche au plan de Frank, embrassant son propre Billy Zabka (avec un quatuor de sbires de skieurs suisses aux allures de mannequins). Charlie, pris au milieu comme toujours, est influencé par les snobs, en grande partie parce que Mac et Dee ne se soucient pas assez de le recruter. La folie plus naïve de Charlie le fait souvent fonctionner comme la boussole morale du Gang (Dieu nous aide), et ici il dérive d'une équipe à l'autre, avant de partir seul une fois qu'il a reconnu que le plan alpha-jerk de Dennis pour gagner le grande course de ski est aussi absurde que les tentatives contradictoires de Dee et Mac de se joindre à Drisko Porky's farces de style. (Rob McElhenney livre une ignorance de premier ordre à Mac, essayant de surmonter ses soupçons sur le plan de Drisko de mettre sa bite dans les trous qu'il a percés dans la douche des femmes : d'accord, alors c'est une farce si vous ne voulez pas le voir, mais il montre ça quand même ?)

Publicité

Glenn Howerton, Charlie Day (FXX)

Charlie, confus quant à la raison pour laquelle l'animateur omniprésent de la station de vacances PA continue de ne parler que des histoires du gang (il connaît mon nom ? Il connaît mon nom !, fulmine-t-il alors qu'il sort du discours d'encouragement monomaniaque de Dennis), finit par courir à travers ce qui précède. Tatiana dans le bain à remous extérieur. (Frank l'avait amenée de Bulgarie pour divertir les investisseurs avec le meilleur caviar de son pays.) Ce qui suit est de loin la scène de sexe la plus explicite de Ensoleillé histoire, alors que Tatiana aux seins nus (Natasha Alam) exhorte Charlie à abandonner à la fois ses vêtements et son questionnement sur le Gang, c'est la montagne! Philosophie à tout prix. Alors que Jessie's Girl de Rick Springfield explose sur la bande originale, nous avons droit à la vue entièrement nue de Charlie et Tatiana dans une variété de positions - l'une sur un tapis en peau d'ours - avant qu'elles ne s'effondrent dans le bonheur post-coïtal pendant que Charlie explose quelques riffs au saxophone. Comme les mouvements de ski experts de Dee, Dennis et Mac au début de l'épisode, cette scène incarne la nature inessentielle de The Gang Hits The Slopes. Amusante et impeccablement interprétée (la façon dont Charlie continue de jeter un coup d'œil autour de lui avec plaisir et étonnement même en faisant du sexe athlétique avec Tatiana est hilarante), chaque séquence est tellement exagérée que j'étais sûr que l'épisode se révélerait être juste le rêve de quelqu'un. (J'ai eu une vision de Charlie allongé inconscient dans la neige sale dans le caniveau à l'extérieur des comédies sexuelles pour adolescents VHS à moitié mémorisées qui lui traversaient la tête.)

Publicité

Mais non, Dee, Dennis et Mac (un plumeau tourbillonnant dans l'air alpin) sont des skieurs de classe mondiale. Et Charlie est une machine à sexe (une fois qu'il enlève ses vêtements sales et trempés dans le jacuzzi). Bien sûr, il y a une correction de parcours à la fin - Dennis le mange sur un bosse, se brisant les chevilles (mais remportant la grande course en faisant glisser son corps cassé sur la ligne d'arrivée), et Tatiana s'avère être une prostituée, embauchée par Frank comme partie de son véritable plan pourfracasser la montagnependant que tout le monde est distrait. Aussi amusantes que soient les blagues référentielles de cet épisode, la seule façon d'en profiter est d'oublier que la série est basée sur le postulat que le Gang n'est pas doué pour les choses. Et le fait que Charlie soit traditionnellement tellement paniqué à l'idée de quitter Philly qu'il doit d'abord perdre connaissance (en plus d'être mauvais en ski, il ne mentionne jamais aucun de ses inconforts habituels). Et que, après la première saison de toute façon, Charlie se présente comme un être sexuel - peu importe l'animal de montage sexuel vu ici - a toujours été lié à son statut d'enfant mâle sauvage avec seulementun concept rudimentairede ce que le sexe implique.

Charlie Day (FXX)

Publicité

C'est un début de saison étrange. Les trois épisodes ont été bons,un même grand. Mais chacun a été marqué par un manque de l'aventure comique rigoureuse qui est définie Il fait toujours beau à Philadelphie une part. Dans un sens très réel, je pourrais appeler cela mon épisode le moins préféré de la série – et pourtant c'était vraiment drôle. Et bien que cela témoigne du talent de cette distribution et de la force intrinsèque du monde de la série, Ensoleillé doit vraiment arrêter de jouer devant la foule et revenir au genre d'horreur inventive qui est son véritable moteur de bande dessinée noire.