La série High School Musical de Disney Plus obtient son diplôme au-delà de son matériel source

Sofia Wylie, Dara Renée et Julia Lester jouent dans High School Musical: The Musical: The Series

Photo : Fred Hayes/Disney+



Depuis le début, la comédie musicale Disney+ Comédie musicale au lycée : La comédie musicale : la série avait un certain nombre d'obstacles à franchir avant que les sceptiques ne le considèrent comme un succès, c'est-à-dire au-delà de son nom encombrant. Tout d'abord, il devait trouver une nouvelle perspective sur une trilogie de films très populaire après une période de refroidissement d'une décennie. Ensuite, il a fallu convaincre les anciens et les nouveaux fans qu'il y avait une histoire intéressante au-delà des douleurs de croissance de Troy Bolton et Gabriella Montez.

Publicité

À cette fin, la première saison a été livrée. Le créateur du spectacle, Tim Federle, a trouvé un équilibre frappant entre un sentiment ancré et un théâtre musical animé qui en a fait une adaptation digne et distincte. De plus, le talent émanant de la jeune distribution n'a certainement pas nui aux choses. Dans sa deuxième saison, HSM : TM : TS fait face à un nouveau défi: prouver que l'exécution réussie de cette saison n'était pas un hasard. Après tout, la finale s'est terminée par une ion pour adolescents (principalement) réussie de Comédie musicale au lycée : La comédie musicale . Techniquement, ils ont fait le truc . Que reste-t-il à accomplir ?

Commentaires Pré-Air Commentaires Pré-Air

Comédie musicale au lycée : La comédie musicale : la série

B B

Comédie musicale au lycée : La comédie musicale : la série

Saison

2



Créé par

Tim Federle ; basé sur High School Musical de Peter Barsocchini

Mettant en vedette

Olivia Rodrigo, Joshua Bassett, Matt Cornett, Sofia Wylie, Julia Lester, Frankie A. Rodriguez, Larry Saperstein, Kate Reinders, Mark St. Cyr

Premières

Vendredi 14 mai sur Disney+



Format

Comédie dramatique musicale d'une demi-heure ; trois épisodes regardés pour examen

Eh bien, une toute nouvelle comédie musicale printanière, pour commencer. De plus, les fans restent probablement curieux du sort de Nini (Olivia Rodrigo), qui a la possibilité d'étudier le théâtre dans une prestigieuse école d'arts du spectacle à Denver, et de Gina (Sofia Wylie), qui risque de déménager. Il était clair la saison dernière que la série avait plus d'histoires à raconter, et les trois premiers épisodes de la saison deux en fournissent absolument autant. Alors que les premiers épisodes laissent entrevoir quelques occasions manquées de s'améliorer, HSM : TM : TS compense cela avec un développement de personnage plus fort et un plan viable pour déplacer l'histoire au-delà de ses origines.

Et la meilleure façon de réaliser ces progrès est, ironiquement, de passer du HSM univers. Il y a un moment bref et déchirant où il semble que la comédie musicale du printemps sera simplement HSM 2 . Heureusement, une compétition impromptue entre Miss Jenn (Kate Reinders) et son ex-petit ami devenu prof de théâtre rival (star invitée Derek Hough) incite un pivot nécessaire à La belle et la Bête . L'hypothèse naturelle parmi les acteurs de East High est que Nini et son petit ami récemment réintégré Ricky (Joshua Bassett) reprendront leurs postes de dirigeants. Mais lorsque Nini prend la décision de poursuivre l'école de ses rêves dans le Colorado, son départ laisse la place à une nouvelle star.

G/O Media peut toucher une commission Acheter pour 14 $ chez Best Buy

Ce n'est pas souvent qu'un changement aussi substantiel que la séparation d'un personnage central de la majeure partie de l'action est considéré comme une bonne chose, surtout lorsqu'il implique quelqu'un avec les côtelettes de théâtre de Rodrigo. Cependant, permettre à Rodrigo de poursuivre une histoire distincte du triangle amoureux qui a dominé la saison précédente s'avère être un changement nécessaire non seulement pour les personnages directement impliqués dans le conflit, mais également pour les acteurs secondaires. L'histoire de Nini évolue au-delà de sa vie amoureuse pour explorer les réalités souvent toxiques du jeu d'acteur professionnel ; Ricky et E.J. (Matt Cornett) se voient accorder une certaine latitude pour mûrir ; et la meilleure amie de Nini, Kourtney (Dara Reneé), se voit offrir une histoire chaleureuse, l'élevant au-delà de son ancien poste en tant qu'acolyte de soutien. Bien que quelques semaines se soient écoulées, narrativement, entre les saisons, la croissance montrée avec chaque personnage signale un spectacle qui n'a pas peur de mûrir avec son public.

Il y a cependant des moments qui rendent certains éléments un peu stagnants. L'introduction de Lily (Olivia Rose Keegan), une actrice enthousiaste et résolument féroce qui vise le rôle de Belle, est sur le point de servir de remplaçante archétypale à l'ancienne Mean Girl Gina. Le besoin d'un antagoniste pour traverser l'extérieur sucré de la série est compréhensible, moins le désir d'une série apparemment progressiste de participer à un trope qui positionne les femmes ambitieuses comme des méchantes, ce qui a tendance à être une chose omniprésente dans le divertissement centré sur les jeunes artistes. La seconde moitié de la première saison a fait un excellent travail pour repousser cette tendance en humanisant plus tard Gina. Pour être juste, il est possible que la très talentueuse Lily emprunte un chemin similaire vers la rédemption dans des épisodes ultérieurs, à voir. Pour l'instant, cela sonne comme un faux pas sans imagination dans un spectacle qui a largement évité les conventions, à part le triangle romantique.

Publicité

Il y a aussi la question des performances musicales, qui semblaient beaucoup plus organiques la première fois. Les medleys et les grands numéros de danse jouent davantage sur le format traditionnel de la comédie musicale, c'est-à-dire éclaboussant et, par endroits, un peu forcé. Cela ne rend pas la musique moins impressionnante ou amusante (et bon sang, ça est une comédie musicale, après tout), mais certains fans pourraient manquer l'époque des ballades au piano sincères qui ont vraiment fonctionné dans le récit. Cela dit, les performances exceptionnelles de Reneé et Ashlyn de Julia Lester sont des gâteries qui devraient être savourées, peu importe comment elles sont emballées.

En fait, l'expansion des rôles de Lester et Reneé est facilement la plus grande récompense de cette saison car, avec Nini, ils servent de vecteurs à une discussion plus large sur les stéréotypes archaïques du théâtre. Ceux qui sont familiers avec l'éducation théâtrale formelle reconnaîtront la critique séculaire et légitime entourant les pratiques de casting étroites - principalement, qui est considéré comme un leader approprié par rapport à qui est censé servir d'acteur de personnage. Il est réconfortant de voir Federle et sa compagnie aborder un tel sujet de discussion avec un public plus jeune qui, espérons-le, les incitera à repousser une telle idéologie. C'est particulièrement bénéfique s'il reconnaît d'une manière ou d'une autre la qualité de star chez les deux filles.

Publicité

HSM : TM : TS Les jeunes acteurs compétents et l'esprit vif restent les plus grandes forces de la série. Tant que cette série pointue continue d'établir une identité distincte de son matériel source, elle devrait rester au sommet de sa catégorie pour les saisons à venir.