The Boondocks : 'Un rendez-vous avec le Booty Warrior'

ParLéonard Pierce 27/06/10 23:10 Commentaires (19) Commentaires Les Boondocks B

'Un rendez-vous avec le guerrier du butin'

Épisode

9

Publicité

Comment ça se passe, Bled Ventilateurs? Cette semaine, j'espère remettre mon cul hors-piste en marche après le snafu double-up de la semaine dernière. Adult Swim est toujours récalcitrant à m'envoyer des screeners de cette émission, mais heureusement, les matchs de la Coupe du monde à 6h du matin sont terminés, donc je peux revenir à ce qui passe pour un horaire de sommeil normal, et commencer à regarder la chose quand elle est réellement rediffuse.



L'épi de cette semaine, 'A Date With The Booty Warrior', rappelle tout le chemin de la saison 1 'A Date With The Health Inspector'. Celui-là était un peu le bordel, et la blague sur la peur mortelle du viol en prison de Tom Dubois nous a été, euh, enfoncée dans la gorge. D'un autre côté, l'épisode de ce soir est aussi un riff sur le bien-aimé (et oh-si-facilement parodié) peur droite , donc le cadre satirique était en place pour quelque chose qui transcendait l'intrigue sinueuse de l'épisode précédent et les gags prévisibles. Et le spectacle a été cannelle du diable * ces derniers temps, alors j'espérais le voir continuer une séquence chaude.

Nous commençons par quelques images tragiquement non diffusées de Attraper un prédateur , où Chris Hanson doit faire face à une invasion de domicile par les violeurs d'invasion de domicile les plus polis du monde, connus sous le nom de Booty Warrior. Coupé à nos jours, alors que Tom Dubois, après des années de thérapie, a vaincu sa peur du viol en prison, et a l'intention de le prouver en accompagnant Huey et Riley à une rencontre « Scared Stiff » où ils ont été bannis pour s'être battus. Riley essaie de se préparer en aiguisant une brosse à dents (oh, Snoop, y a-t-il quelque chose que vous ne pas sais?), mais Tom le confisque – et, malheureusement, il finit entre les mains du Booty Warrior lui-même et contribue à précipiter une émeute dans la prison.

L'émeute devient désagréable lorsque le Booty Warrior, qui pense qu'il s'agit de butin, entre en conflit avec le reste des émeutiers, qui pensaient que c'était « une merde de type Attique ». Tom a une grave attaque de spaz avant de jurer de sauver les enfants; Huey, quant à lui, finit plus ou moins par diriger l'émeute, mais ennuie Riley en instituant les règles de l'ordre de Robert. Cela maintient les choses sur un pied d'égalité alors que les prisonniers s'enlisent dans une dispute pour savoir si leur première demande doit être ou non des « chiennes blanches » ou simplement des « chiennes ». Comme une fête de fraternité, le tout se termine sur une note de viol, mais le statu quo est enfin rétabli, le radicalisme de Huey endort tout le monde et Riley n'apprend rien des conséquences évidentes de son comportement antisocial.



G/O Media peut toucher une commission Acheter pour 14 $ chez Best Buy

Celui-ci était, pour moi, un épisode imparfait, mais toujours une grande amélioration par rapport à son prédécesseur de la saison 1 – probablement parce qu'Aaron McGruder a appris à franchir la ligne de la comédie (où ce genre de chose peut devenir inconfortable d'une manière pas drôle) à absurdité pure et simple, où le courant de la folie ne fait que l'emporter. Il n'avait pas non plus les sous-intrigues distrayantes et sinueuses de « l'inspecteur de la santé » pour le ralentir. C'est un peu en retrait par rapport au tonnerre roulant du mois dernier environ, avec un peu trop de rembourrage et une confrontation assez banale à la fin, mais seulement en comparaison – c'est mieux que la plupart de ce que nous avons eu dans la saison 1, et n'est certainement pas un perdant.

Nous avons maintenant dépassé la moitié de la troisième saison, ce qui signifie, très probablement, que nous ne sommes qu'à six épisodes de la fin de la série. Si la pure audace de la saison jusqu'à présent est une indication, McGruder va comprendre qu'il n'y a aucune raison d'y aller doucement maintenant, et nous pourrions être dans une télévision assez folle d'ici là. Il a déjà dit que la finale de la saison/série, 'The Kentucky Fried Flu' – qui sera diffusée le 8 août – est le genre d'émission qui l'a fait poursuivre en justice dans le passé. Je l'espère vraiment ; c'est exactement le genre d'émission qui devrait sortir avec un très grand bang, et il semble augmenter la mise à chaque épisode.

Publicité

*C'est-à-dire sur un sacré rouleau.



Note : B

Observations égarées :

- ' Mon butin est à moi/il m'appartient/tu ne peux pas prendre/mon butin '

- 'Nigga, tu viens de dire ce que j'essayais de dire, en plus intelligent ?'

- 'Maintenant, je suis plus ce que vous appelez un type romantique. Je vais toujours te violer, mais je vais certainement te caresser la tête avec amour pendant que je le fais.

Publicité

- J'aime le retour de Riley antisocial, tourmentant toujours tout le monde (comme il le fait ici avec Tom). Il était sur le point d'apprendre de la merde récemment.

- 'Je vais sortir de cette prison avec mon rectum et ma tranquillité d'esprit intacts !'

Publicité

- Sauver les gens du viol anal, au lieu de les y envoyer : quelle belle description de la justice de notre nation.

- Ha ha, quel incroyable rappel 'Pause'. Jamais auparavant dans l'histoire de la télévision quelqu'un n'avait crié aussi fort à propos des anus des jeunes garçons.

Publicité

- 'Et pour vous les nègres, eh bien, ça va être comme un voyage passionnant vers le futur !'

- 'Je pensais que c'était une putain de démocratie, espèce d'enfoiré autocratique.'