American Dad: Permanent Record Wrecker'

18

Publicité

Étant donné la fréquence à laquelle père américain met Stan et Steve dans des conflits père/fils, il est probablement temps pour un épisode où la dynamique de pouvoir habituelle est inversée pour un effet comique. Ce n'est pas une idée nouvelle, ni surprenante, mais père américain ne vise pas ici l'extrême originalité, mais simplement mettre des personnages amusants dans des scénarios plus humoristiques. Faire de Steve effectivement le patron de son père et laisser Stan mijoter l'indignité de prendre les ordres de son fils adolescent, atteint cette ligne de base.



Sous couvert de coupes budgétaires douteuses, Avery limoge Stan tout en utilisant son impression objectivement terrible d'Austin Powers. Mais depuis que Stan a été renvoyé de la CIA, son dossier permanent a été effacé de toute son expérience de travail remontant à 20 ans. Quelque part, il y a probablement une excellente séquence sur Stan se battant pour la reconnaissance même des tâches les plus stupides sur le lieu de travail pour montrer qu'il n'a pas été au chômage depuis l'université. (Bien que le coureur sinistrement drôle de l'épisode présente un tireur d'élite de la CIA tuant tout le monde que Stan essaie de raconter sur son ancienne carrière.)

Mais au lieu de cela, il prend le seul contrat qu'il peut obtenir : un ensacheur d'épicerie dans le même supermarché où Steve travaille pour son premier emploi d'été. Il y a aussi probablement une ébauche de cette intrigue qui fait des garçons Smith une équipe alors qu'ils se disputent la domination des supermarchés, mais le conflit père/fils a été établi comme un modèle d'épisode incontournable, ils sont donc contraints à la compétition. Steve obtient une promotion au poste de directeur adjoint depuis qu'il est en poste depuis plus longtemps (ce qui est en soi une blague sur la façon dont les personnes ayant peu d'expérience sont poussées vers des postes de direction à des postes à fort taux de roulement), laissant Stan non seulement réduit de son poste gouvernemental convoité à garçon de caisse, mais surclassé par son fils.

Les allers-retours entre Steve qui domine sa nouvelle autorité sur Stan et les petits morceaux de vengeance mesquine que Stan exige sont drôles, mais bien sûr, cela revient à mordre le patriarche Smith lorsque ses méfaits menacent de torpiller le dossier permanent de Steve. Plus décevant est la façon dont l'intrigue gaspille Francine en lui faisant continuellement exprimer à quel point elle ne veut pas travailler à la place de Stan afin de garder ses plus beaux atours. Relier l'intrigue est une simple question de combiner la tâche insensée soi-disant apprise en travaillant au supermarché (empiler des objets en forme de brique tous orientés dans la même direction) avec un scénario qui permet à Stan de récupérer son travail (jeter un tas de C4 armés devant lui explose). En tant que véhicule pour des blagues sur l'incapacité de Stan à empiler du beurre, ou inspirant un bâillon d'accident de voiture basé sur l'une de ces voitures pour enfants attachées à l'avant des chariots d'épicerie, Permanent Record Wrecker est drôle, même s'il n'est pas à la hauteur d'un quelques-uns des autres épisodes de Stan / Steve du début de la saison, comme Buck, Wild, I Ain't No Holodeck Boy, ou même le Minstrel Krampus retardé.



G/O Media peut toucher une commission Acheter pour 14 $ chez Best Buy

L'intrigue B de Roger, comme d'habitude, n'a rien à voir avec le conflit principal et n'a pas beaucoup de temps, mais elle contient certainement autant de rires que possible en quelques minutes seulement. En rompant avec une petite amie dans un café, Roger (déguisé en Donald, un hipster générique) se dispute avec un guitariste standard à micro ouvert (exprimé par Robin Thicke, bien qu'il ait environ quatre lignes dans tout l'épisode). Ils organisent un petit concours, mais Roger ne se souvient plus comment jouer de la guitare, s'agitant impuissant alors qu'il veut avec colère gagner le concours pour faire taire le musicien du café. Hayley aide en achetant des vidéos de cours de guitare mettant en vedette Lorenzo, une star de l'infopublicité diabolique qui fait un marché faustien avec Roger (dans ce qui est probablement le meilleur échange de dialogue rapide de l'épisode), qui n'hésite pas à échanger son âme contre des compétences en guitare . La tournure finale, où Roger évite une fois de plus de payer le prix de ses décisions insensées, m'a valu le plus grand rire de l'épisode, et je donnerais également quelques points bonus pour avoir lancé Thicke sans m'abaisser à jouer ou à faire référence à Blurred Lines dans n'importe quelle mode.